Tirage Ligue des champions : double coup de chance pour le PSG !

Tombeur de la Real Sociedad au stade des huitièmes de finale, le Paris Saint-Germain connaît son adversaire pour les quarts de finale de la Ligue des Champions.

Malgré sa deuxième place derrière le Borussia Dortmund en phase de poule, le PSG avait hérité d'un tirage clément au tour précédent avec la Real Sociedad, l'un des premiers de groupe les plus abordables. Fallait-il encore que les hommes de Luis Enrique fassent le travail pour sortir vainqueurs de cette double confrontation contre l'écurie espagnole. Grâce à un grand Kylian Mbappé, le club francilien a remporté les deux matchs (2-0, 1-2).

Alors que le vestiaire souhaitait retrouver le Borussia Dortmund, son vœu n'a pas été exaucé. Le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des Champions a rendu son verdict et le PSG sera opposé au FC Barcelone, ce qui constitue un bon tirage pour les Parisiens, même si le match retour en Catalogne ne rappellera évidemment pas de bons souvenirs au club francilien.

Le retour de Luis Enrique à Barcelone

Ce duel verra également le retour de Luis Enrique dans son ancien club, lui qui avait remporté la Ligue des Champions 2015 avec les Blaugranas. À noter que ce sont donc les coéquipiers de Kylian Mbappé qui recevront au match aller. Voici les affiches complètes des quarts de finale.

  • Arsenal – Bayern Munich
  • Atlético Madrid – Borussia Dortmund
  • Manchester City – Real Madrid
  • PSG – FC Barcelone

Les demi-finales ont également été tirées au sort au même moment. En cas de qualification face au Barça, le PSG sera opposé au vainqueur de la rencontre entre l'Atlético Madrid et le Borussia Dortmund et évite donc Manchester City ou le Real Madrid.

Le parcours semble idéal pour les Parisiens, du moins sur le papier, pour la dernière campagne de Kylian Mbappé sous la tunique francilienne. Les quarts de finale se disputeront les 9 et 10 avril (aller) et les 16 et 17 avril (retour).

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.