OM : “se regarder dans une glace”, une recrue se lâche après la défaite !

Sur la pelouse du LOSC, l'Olympique de Marseille est passé complètement à côté de sa rencontre en ouverture de la 28ème journée de Ligue 1 (3-1). Surclassés par leur adversaire, les hommes de Jean-Louis Gasset ont enchaîné une quatrième défaite consécutive.

Pour la première fois depuis son arrivée dans la cité phocéenne, Jean-Louis Gasset a haussé le ton après la piètre prestation de son équipe vendredi soir. “Le sentiment qui m'anime ? La colère. On a donné le match, on a fait que des cadeaux, on a manqué des buts… On a été nuls“, a lâché le coach marseillais après le coup de sifflet final. Une défaite qui met fin aux espoirs de l'OM de disputer la Ligue des Champions.

Hormis Leonardo Balerdi, aucun joueur n'a été à la hauteur de l’événement, ce qui est assez inquiétant à moins d'une semaine d'affronter le Benfica Lisbonne en quart de finale de l'Europa League. Quentin Merlin a justement confié que le groupe allait devoir se remettre à l'endroit avant d'affronter l'écurie portugaise.

“Ce n’est pas possible de rentrer à Marseille la tête baissée”

On perd sur des erreurs individuelles, ça s’est joué sur des détails, a estimé l'ex-joueur du FC Nantes. On n’a pas été attentifs ni assez bons. On ne peut pas aller à Benfica en proposant ce jeu-là. Ce n’est pas possible, il faut être plus fort dans les duels, dans le jeu, montrer beaucoup mieux. On a pourtant des joueurs pétris de qualités. Mais on doit tous se remettre à travailler, dans le droit chemin et ça passe par les entraînements. Après c’est facile à dire et dur à faire. On doit tous se regarder dans une glace, prendre nos responsabilités. Ce n’est pas possible de rentrer à Marseille la tête baissée.

Malgré les nombreux blessés, l'OM devrait pouvoir proposer mieux. Les Phocéens devront élever leur niveau de jeu très rapidement pour ne pas prendre une nouvelle leçon face au Benfica.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.