OM : Longoria s’enflamme pour le centre de formation !

Depuis plusieurs années maintenant, l'Olympique de Marseille met les bouchées doubles au niveau de la formation pour rattraper son retard sur le reste du peloton. Ce travail entamé lors de l'arrivée de Pablo Longoria en Provence commence à porter ses fruits.

L'OM n'a jamais été un club formateur. Du moins, le club provençal n'a jamais vraiment donné sa chance à ses minots. Lors des dernières décennies, seuls quelques joueurs sont parvenus à s'imposer au sein de l'équipe première, comme notre Top 5 ici en témoigne. Depuis une dizaine d'années, seuls Boubacar Kamara et Maxime Lopez ont eu un rôle significatif à Marseille. En cette fin de saison, le nombre important d'absents a poussé Jean-Louis Gasset à faire confiance à deux jeunes du centre : Gaël Lafont et Raimane Daou, qui sont notamment entrés en jeu face au Benfica en Europa League.

Deux apparitions encourageantes pour les joueurs, mais aussi pour le club, qui travaille pour corriger le tir depuis plusieurs années et notamment depuis l'arrivée de Marco Otero. Interrogé par la Gazzetta dello Sport en marge de la double confrontation face à l'Atalanta Bergame, Pablo Longoria a évoqué le sujet.

“Nous investissons dans les jeunes et nous commençons à en voir les fruits”

Le centre de formation de l'Atalanta, c'est une mine d'or mais nous aussi, nous investissons dans les jeunes et nous commençons à en voir les premiers fruits : cette saison, sept joueurs du secteur jeune ont fait leurs débuts en équipe première“, a répertorié le président olympien.

En plus des deux minots lancés par Gasset il y a quelques semaines, des joueurs comme Bilal Nadir, Emran Soglo ou encore François Mughe ont été lancés dans le grand bain ces derniers mois.

Pour rappel, l'OM est également toujours en course pour une victoire finale en Coupe Gambardella. Les U19 olympiens seront opposés au Stade de Reims en demi-finale.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.