OM : l’hommage de Mbemba à un partenaire après son but

De retour dans le onze de départ de Jean-Louis Gasset après trois matchs éloignés des terrains jeudi soir en Europa League, Chancel Mbemba n'a pas tardé à se montrer décisif. Le défenseur congolais a signé l'égalisation pour l'Olympique de Marseille d'une magnifique frappe en dehors de la surface.

Face à l'Atalanta Bergame, Chancel Mbemba, qui joue avec un bout de cartilage qui se déplace dans le genou, a répondu présent pour son retour. Le roc marseillais a permis de remettre les deux équipes à égalité après avoir concédé l'ouverture du score rapide de Gianluca Scamacca sur une erreur défensive. Même si les statistiques ne jouent pas en faveur de l'OM en vue d'une qualification, le match produit jeudi soir permet d'être tout de même optimiste.

De passage en zone mixte, le défenseur central a livré son analyse de la rencontre en se projetant sur le match retour. Il a également reconnu que les derniers jours n'ont pas été faciles physiquement.

“Normal de marquer ce genre de buts quand on s'entraîne avec Auba !”

J'ai beaucoup souffert et travailler pour revenir, a confessé l'ex-joueur du FC Porto. Comment je me suis senti physiquement ? On est là grâce à Dieu. Mes coéquipiers me donnent la force. Je remercie nos supporters, le Vélodrome a vibré, on s'est donné à fond. On a bien géré notre match, tout sera possible là-bas. C'est dommage d'avoir raté des occasions mais c'est passé, on va se reposer. Il y a beaucoup de blessés mais chacun de nous revient petit à petit, la bagarre continue jusqu'à la fin, on n'a pas le choix, c'est notre devoir.

Invité à commenter son superbe but, Mbemba a rendu hommage à Pierre-Emerick Aubameyang, qui lui, s'et montré moins clinique lors de ce match aller. “C'est normal de marquer ce genre de buts quand on s'entraîne avec Auba !“, a-t-il lancé.

Le retour est prévu jeudi prochain à Bergame.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.