PSG-Dortmund : “si c’est nécessaire…”, la promesse de Terzic !

À vingt-quatre heures de la demi-finale retour entre le Paris Saint-Germain et le Borussia Dortmund, Edin Terzic était de passage en conférence de presse ce lundi soir. Le coach de 41 ans a prévenu son adversaire que ses hommes seraient prêts à tout pour rallier Wembley le 1er juin prochain.

Devant à la mi-temps de la double confrontation avec sa victoire au Signal Iduna Park (1-0), le Borussia Dortmund sait que le plus dur reste à faire. La formation allemande se déplace au Parc des Princes mardi soir avec la ferme intention de mettre les mêmes ingrédients qu'au match aller. Et comme il y a six jours, le BvB n'a pas prévu de plan anti-Mbappé. “C'est difficile voire impossible de défendre sur lui tout seul avec sa vitesse inimitable. Il ne faut pas se concentrer sur lui car il a d'excellents joueurs autour de lui“, a confié Mats Hummels, présent aux côtés de son entraîneur en conférence de presse.

Edin Terzic, lui, a insisté sur l'importance de la rencontre pour le club, expliquant que ses joueurs seraient prêts à tout pour repartir avec la qualification.

“On a un gros objectif, un grand rêve”

Si c'est nécessaire on courra 20 kilomètres de plus, a-t-il lâché à la presse. On a un gros objectif, un grand rêve. C'est la façon dont on s'est hissé ici en demi-finales de la Ligue des champions. On a parlé de favoris avant, s'il était question de favoris, on ne serait pas ici. On est ici parce que l'on a fait beaucoup de bonnes choses. On a un grand respect non seulement pour l'adversaire, mais aussi pour la tâche qui nous attend. Le projet PSG est construit depuis plusieurs années pour gagner la Ligue des champions, c'est leur grand objectif. C'est leur mission et nous on a un immense rêve que l'on veut réaliser. On sait que l'on va avoir besoin d'un mix identique à celui du match aller, peu importe la façon dont ils vont jouer. On va devoir être tout aussi courageux, résistants. On doit apporter du respect, mais aussi de la joie de réaliser quelque chose de grand. C'est notre mission.

Une grande bataille devrait avoir lieu au Parc des Princes.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.