Miracle à la 98e minute, probable dernière déchirante pour Modric, l’éclair Zaccagni… Les tops-flops de Croatie-Italie

Alors qu’elle était condamnée à la victoire pour espérer se qualifier, la Croatie n’a pu faire mieux qu’un match nul face à une Italie accrocheuse (1-1), qui avait besoin d’un seul point pour accéder directement aux huitièmes de finale.

Modric a cru qualifier les siens en se rachetant d’un penalty manqué (55e) avant que la Squadra Azzurra n’assomme les Croates à la 90e+8 par l’intermédiaire du rentrant Mattia Zaccagni. Cruel dénouement pour les Vatreni, dont le bilan famélique (2 points) risque d’être rédhibitoire dans la course aux meilleurs 3es, et donc synonyme d’élimination.

Les tops de Croatie-Italie

Mattia Zaccagni, le héros

Il aurait signé pour cela. Entré en jeu à la 81e minute alors que son équipe poussait fort mais sans trouver la faille, le Laziale a rendu la confiance de son sélectionneur en signant l’égalisation à la 90e+8. Auteur d’un dernier raid solitaire, Calafiori s'appuyait sur un coéquipier à droite avant de décaler Zaccagni, trop esseulé côté gauche. Ce dernier ouvrait judicieusement son pied droit pour trouver le petit filet opposé, et propulser ainsi l’Italie en huitièmes, pourtant proche de craquer quelques minutes plus tôt. Avec la note de 7,5/10 sur Sofascore, il obtient logiquement le trophée d’homme du match en évitant à son pays l'angoisse qui attend les équipes en lice pour les meilleurs 3es.

Luka Modric un peu plus dans la légende

Le milieu qui fêtera ses 39 ans le 9 septembre prochain a vécu une rencontre à deux tons. Apparu émoussé en première période, et moins tranchant qu’à son accoutumée, le vétéran du Real Madrid a été mis sous éteignoir… jusqu’à la 55e minute. Après avoir buté sur Donnarumma sur un penalty accordé après visionnage de la VAR, à la suite d’un bras décollé de Fratesi dans la surface, le Ballon d’Or 2018 s’est superbement racheté en prolongeant sous la barre une repousse du géant parisien. Ce dernier mis en difficulté notamment par une frappe de Budimir, à la réception d’un bon centre venu de la droite. À 38 ans et 289 jours, l’ancien de Tottenham est ainsi devenu le buteur le plus âgé dans l’histoire de l’Euro. Seulement, il aura simplement repoussé l'échéance. Il espérait certainement mieux pour ce qui sera peut-être sa dernière sous la tunique au damier.

Donnarumma encore énorme

En état de grâce depuis le début de cet Euro, le gardien italien a encore brillé ce soir. Le dernier rempart du Paris Saint-Germain a en effet repoussé le penalty de Modric, avant de sortir quelques instants plus tard une parade sensationnelle face à Budimir à bout portant. Malheureux, il a toutefois vu le ballon filer vers Modric, qui l'a trompé. Décisif aussi en début de match sur la tentative de Sucic.

Les flops de Croatie-Italie

Fratesi, le malheureux

Lancé à la mi-temps à la place de Lorenzo Pellegrini, le milieu de l’Inter Milan a signé une mauvaise entrée. Prolongeant la surface de son corps à l’aide de son bras, il bloquait de son membre une frappe enroulée de Kramaric trouvé, lui, au second poteau par un centre de Brozovic depuis la droite (52e). Incapable ensuite de relever la tête, le joueur de 24 ans a accusé le coup le reste de la rencontre, imprimant une prestation quelconque, sans apporter le supplément nécessaire à son équipe jusqu'à la délivrance en toute fin de partie via Zaccagni. Il est logiquement crédité de la pire note du match sur Sofascore (6,2/10).

La Croatie, la fin d’un cycle

Ecrasés par l’Espagne en ouverture (3-0), puis accrochés par l’Albanie (1-1), les Croates, un point au compteur au coup d’envoi, avaient impératif de victoire face aux Italiens pour rallier les huitièmes de finale. Après une première période où ils se sont fait bousculer, mais ont gardé leur cage inviolée grâce à l’arrêt reflexe décisif du gardien Livakovic sur une tête de Bastoni (27e), les Vatreni sont montés d’un cran puis ont été logiquement récompensés par le but de Modric. Mais voilà, c’était écrit. La Squadra a abattu son joker, précipitant non pas seulement son adversaire au bord de l'élimination. Une élimination précoce qui scellerait possiblement la fin d'un cycle, avec pour probables conséquences la fin du sélectionneur Dalic sur le banc, en plus de la retraite internationale du capitaine Modric.