France-Espagne : 3 coups durs pour la Roja avant la demi-finale !

Tombeur du Portugal aux tirs au but vendredi soir (0-0, 5-3 tab), l’équipe de France retrouvera l’Espagne en demi-finale de l’Euro 2024. Pour ce duel face aux Bleus, Luis de la Fuente devra composer sans trois éléments majeurs de son équipe, alors que Deschamps pourra compter sur un groupe au complet.

Les Bleus ont une nouvelle fois souffert face au Portugal, mais les hommes de Didier Deschamps verront bien les demi-finales de l'Euro. Pour la première fois depuis 1998, l'équipe de France a même remporté une séance de tirs au but. Et qu'importe les critiques qui s'abattent sur les Tricolores, notamment en provenance de l'Espagne, futur adversaire lors des demies. “C'est comme ça, on joue comme ça, on est en demi-finales. Ceux qui ne sont pas contents, ce n'est pas notre problème“, a notamment lancé Ousmane Dembélé après la rencontre.

Dans trois jours, c'est la Roja qui se dressera face aux Bleus, l'équipe que beaucoup annonçaient favorite pour le titre après la phase de poules. Mais Luis de la Fuente sera privé de plusieurs joueurs majeurs pour cette rencontre.

Une défense décimée

Lors du quart de finale face à l'Allemagne (2-1), l'Espagne a rapidement perdu Pedri sur blessure et le milieu de terrain barcelonais ne devrait pas être rétabli pour affronter la France mardi. Son absence est forcément préjudiciable, mais la présence de Dani Olmo (auteur d'un but et d'une passe décisive) a de quoi rassurer les fans ibériques.

En revanche, c'est en défense que les pertes pourraient être plus lourdes pour la Roja puisque Robin Le Normand sera suspendu, tout comme le très expérimenté Dani Carvajal, qui s'est sacrifié lors de la dernière offensive de la Mannschaft et a reçu un carton rouge. Nacho Fernandez et Jesus Navas pourraient faire leur entrée dans le onze de départ de Luis de la Fuente pour la demi-finale.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.