Une cible prête à tourner le dos à l’OM ?

Depuis le début du mois de juillet, les dirigeants de l'Olympique de Marseille multiplient les pistes pour offrir à Roberto De Zerbi un effectif de qualité. En plus des hésitations de Mason Greenwood en raison des tensions que cristallisent sa possible arrivée, c'est une autre cible du club qui pourrait repousser les avances phocéennes.

Après avoir rapidement officialisé les arrivées de Lilian Brassier et Ismaël Koné, l'OM a tenté de boucler les signatures de Youcef Atal et Mason Greenwood, mais les pressions politiques ont poussé Pablo Longoria à abandonner la piste menant à l'international algérien et mettent en péril celle de l'ancien joueur de Manchester United. Selon les dernières rumeurs, la venue de l'Anglais est actuellement en stand-by, ce dernier ayant été refroidi par les déclarations du maire de Marseille, Benoît Payan.

D'autres dossiers sont évidemment ouverts en parallèle, que ce soit dans l'optique d'un plan B pour Greenwood (comme par exemple celui menant à Eddie Nketiah) ou pour renforcer d'autres postes. Le recrutement d'un gardien de but est également l'une des priorités pour les décideurs marseillais. Cependant, un joueur aurait décidé de tourner le dos à l'OM.

Valles préfèrerait rejoindre le Bétis

En effet, si l'on en croit les informations divulguées par La Provincia, le portier de Las Palmas Alvaro Valles, qui figure sur la short list de l'OM, ne donnera pas sa priorité aux Olympiens. En effet, le média ibérique croit savoir que le joueur de 26 ans est davantage attiré par le challenge proposé par le Bétis Séville.

Le Bétis est qualifié pour l'Europa League Conférence la saison prochaine, à la différence de l'OM, qui ne disputera aucune Coupe d'Europe. Les dirigeants de Las Palmas auraient préféré, quant à eux, que leur gardien de but rejoigne la Ligue 1 d'après le quotidien.

Les dirigeants marseillais, de leur côté, devront se tourner vers une autre piste.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.