Valence : Diakhaby victime de propos racistes, Gaya et le club s’expriment

José Luis Gaya, le capitaine du FC Valence, est revenu sur les graves incidents survenus lors de la rencontre disputée à Cadiz (1-2). Mouctar Diakhaby (24 ans) a quitté la pelouse, suivi par ses partenaires, indiquant qu’il avait été victime de propos racistes. Il a en revanche demandé à son équipe de revenir sur le terrain se battre pour le club. Valence a quant à lui publié un long communiqué pour défendre son joueur.

Mouctar Diakhaby Valence Cadiz

Dimanche, Cala, défenseur de Cadiz, aurait tenu des propos racistes à l’égard de Mouctar Diakhaby, après un duel musclé. La rencontre été interrompue entre 30 et 45 minutes, aux termes desquelles l’équipe de Valence est revenue sur la pelouse. Son capitaine s’est expliqué : « On nous a dit que si nous refusions de reprendre le jeu, nous pourrions perdre les trois points, voire plus. Diakhaby nous a alors demandé de retourner sur le terrain et de nous battre pour le club. Alors nous l’avons écouté. Sans son autorisation, nous n’aurions pas repris la rencontre. Lui était très abattu et ne se sentait pas la force de jouer. À le voir si mal, je n’ai aucun doute qu’il a vraiment été victime d’insultes racistes », a-t-il lâché face à la presse.

« À notre grande déception, aucune décision n’a été prise »

Si du côté de Cadiz, on a démenti que des paroles racistes avaient été tenues, le club valencien a donné des précisions dans un long communiqué : « Mouctar Diakhaby est aujourd’hui une autre victime du racisme dans le football. Après avoir subi une insulte raciste intolérable, il a reçu un carton jaune pour avoir protesté. Nous sommes fiers du soutien que Diakhaby a reçu de ses coéquipiers et de la décision de quitter le terrain en bloc. Nous espérons que cet événement fera l’objet d’une enquête. À notre grande déception, aucune décision n’a été prise. Le club n’a demandé, à aucun moment, à ses joueurs de revenir sur le terrain. L’arbitre fait part aux joueurs des conséquences potentielles de ne pas retourner sur le terrain de jeu. Les joueurs, contraints de jouer sous peine de pénalité après les insultes racistes et le carton jaune à Diakhaby, décident de retourner sur le terrain. Diakhaby a demandé à ses coéquipiers de revenir sur le terrain et de se battre. Ses collègues ont respecté sa volonté », a-t-il publié.

Ce lundi, cette affaire fait bien sûr la une de la presse espagnole. Il faut espérer qu’une enquête sera ouverte afin de vérifier si, oui ou non, des mots racistes ont été proférés et prendre les (lourdes) sanctions qui s’imposent.