Lille, Gourvennec : « Si je ne m’étais pas senti prêt, je l’aurais dit »

Jocelyn Gourvennec a donné des précisions concernant sa décision de prendre la relève de Christophe Galtier, au LOSC.

Jocelyn Gourvennec, LOSC

Interrogé par L’Équipe, le technicien a expliqué comment s’étaient déroulées les discussions avec Olivier Létang, avant sa nomination au poste d’entraîneur : « Oui, et cela s’est fait rapidement. L’entretien que j’ai eu avec le président Olivier Létang a été très riche et très poussé, peut-être le plus poussé depuis que j’entraîne. (…) Et puis aussi pour avoir des éléments de réponse sur ma manière de fonctionner, mon management, ma relation aux joueurs, au staff, ma relation à une direction. Parce qu’un entraîneur, c’est tout ça à la fois. Avec une problématique différente pour moi. »

« Je pense que j’ai une tête qui fonctionne plutôt bien »

Il a conscience d’être sous pression : « Le job n’est pas facile, mais aucun job n’est facile. C’est un challenge hyper relevé, car le travail de Christophe et de son staff a été remarquable. Mon job, c’est de poursuivre… Les joueurs ont leurs habitudes de travail, de jeu. Il ne convient pas de tout révolutionner. J’essaye d’être précis, de rappeler les fondamentaux qui ont fait la force de cette équipe. Il y a un staff avec une énorme compétence. Je suis là pour organiser tout cela. Les joueurs ont gagné, il faut l’avoir à l’esprit, il faut les mettre dans les meilleures conditions pour qu’ils conservent leurs exigences et leurs repères de jeu. C’est un autre travail pour moi, ça me plaît. » Il se sent en tout cas prêt à relever le challenge : « Je me suis préparé pour cela, je pense que j’ai une tête qui fonctionne plutôt bien. J’essaye d’anticiper. Mais je pense que la vie ne t’offre pas les choses quand tu n’es pas capable. Si je ne m’étais pas senti prêt, je l’aurais dit au président et je ne serais pas venu. C’est une évolution dans ma carrière. »

Le LOSC a pour l’instant laissé partir quatre éléments (pour un total de 38 millions d’euros), dont Boubacary Soumaré, et n’a pas recruté. Jocelyn Gourvennec devra notamment composer avec la nécessité des ventes.