OM : Sampaoli se lâche sur les incidents contre Galatasaray

L’entraîneur de l’Olympique de Marseille, Jorge Sampaoli, s’est emporté devant les journalistes sur les débordements survenus jeudi soir contre Galatasaray à l’Orange Vélodrome (0-0, 2e journée de la phase de poules de la Ligue Europa).

Jorge Sampaoli, OM Monaco

Invité à revenir sur les jets de fumigènes par le parcage turc et l’interruption de la rencontre pendant quelques minutes, en première période, le technicien argentin s’est étonné que le corps arbitral n’ait pas pris la décision de stopper définitivement les débats et a poussé un coup de gueule contre les supporters du club stambouliote.

« Au-delà de la peur de devoir jouer à huis clos, le fait que les gens fassent autant de kilomètres depuis la Turquie pour lancer des pétards et générer de la violence… C’est très étrange de se mobiliser de la sorte et de manière violente. Je pense qu’il faudrait prendre des mesures pour endiguer les violences à l’extérieur au risque que cela devienne quelque chose de normal. Le match d’hier n’aurait pas dû continuer. En continuant le match, le contexte de violence prend le dessus sur le spectacle. Il faudrait donc qu’on s’habitue à ces violences ? Les familles doivent pouvoir venir au stade sans avoir peur. Ce qu’il s’est passé hier est vraiment violent. Les projectiles, les insultes, les provocations… Il faut prendre des mesures très strictes ou sinon ce sera toujours pareil. Ce n’est pas ce que veut le cirque qu’est devenu le football pour attirer de plus en plus de monde. Si le terrain devient secondaire, je ne sais pas ce que voudront les spectateurs, les organisateurs… On m’a interrogé sur le penalty, ça ne m’intéresse pas. Mais je peux discuter de ce sujet. Ce qu’il s’est passé hier est une honte. Se lancer des projectiles dans un stade, ce n’est pas du football », a-t-il pesté en conférence de presse.