L’affaire Mensah fait psschit devant la justice !

Lors du mois de février 2009, John Mensah avait été victime d’injures raciales publiques au cours d’un match entre Lyon et Le Havre (3-1). Un an et sept mois après cette affaire, la justice a rangé le dossier au placard jusqu’à nouvel ordre !

John Mensah

Mensah n’oubliera jamais ce moment. Alors qu’il évoluait au sein de l’équipe rhodanienne, John Mensah avait entendu plusieurs insultes racistes à son encontre lors de la première période face aux Normands. Pendant la pause, l’international ghanéen voulait clairement être remplacé car il avait été, on le comprend, très affecté par le comportement déplorable d’un ou de plusieurs supporters havrais. Finalement, l’ancien joueur de Rennes avait repris le match comme si de rien n’était après que le speaker ait lu un message contre le racisme pour mettre en garde celui ou ceux qui avaient osé proférer de telles choses dans les tribunes.

Mais à la 58e puis à la 70e minute de jeu, le colosse africain avait pris deux cartons et donc il avait été expulsé par l’arbitre. Avant de regagner le vestiaire, John Mensah avait jeté son maillot au bord du banc de touche rhodanien comme s’il reprochait à l’entraîneur de l’époque Claude Puel de l’avoir contraint à revenir sur la pelouse. Après le match, le technicien avait reconnu publiquement sur Foot+ qu’il aurait dû accéder à la requête du natif d’Accra pour éviter d’envenimer les choses. “John a été très choqué. Il a entendu des mots scandaleux. On a essayé de le garder sur le terrain. C’est de ma faute. J’aurais dû le sortir avant”, avait-il déploré.

Un sentiment d’injustice pour Mensah

Depuis cette soirée cauchemardesque, de l’eau a coulé sous les ponts et John Mensah a notamment fait une pige à Sunderland dans le cadre d’un prêt de deux saisons (2009-2011)… avant de revenir dans le Rhône l’été dernier. Même s’il essaie d’oublier cette histoire et de gagner ses galons de titulaire dans la capitale des Gaules, le footballeur ghanéen vient de prendre une nouvelle claque. En effet selon Le Progrès, le supporter du Havre qui avait été placé en garde à vue à l’époque des faits afin de subir un interrogatoire a été relaxé. Le tribunal correctionnel de Lyon a jugé qu’il n’y avait pas assez de preuves pour condamner cet homme à deux ans d’interdiction de stades et d’une amende de 1.000 euros comme l’avait requis le parquet.

En dépit des déclarations de deux stadiers qui se trouvaient près de lui au stade Gerland ce soir-là, rien sur les images de vidéosurveillance ne confirme que l’individu aujourd’hui âgé de 23 ans ait notamment poussé des cris de singe à l’encontre de John Mensah. Du coup les représentants de la LFP, de la FFF ou encore de la société OL qui s’étaient portées parties civiles sont repartis sans avoir obtenu gain de cause. Le parquet se réserve tout de même le droit de faire appel dans les jours à venir pour faire vraiment la lumière sur cette affaire de racisme.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)