Anelka vide son sac au sujet de Chelsea et des Bleus !

Alors qu’il aurait pu tranquillement finir la saison à Chelsea avant de rechercher un nouveau club, Nicolas Anelka a surpris beaucoup de monde en choisissant de relever un challenge en Chine, au sein du club de Shanghai Shenshua.

Nicolas Anelka

La fin d’un cauchemar. Actuellement, Nicolas Anelka se trouve en Espagne avec l’effectif de Shanghai Shenshua afin de préparer la nouvelle saison en Chine. Profitant d’un moment de répit, l’attaquant a participé au documentaire “L’entrée des Trappistes”. L’ex-international français a indiqué que la fin de son parcours à Chelsea a été humiliante pour lui. En effet, le joueur formé au Paris Saint-Germain a été contraint de s’entraîner avec l’équipe réserve et d’utiliser un autre vestiaire que les professionnels. Par ailleurs, il devait aussi garer sa voiture à l’emplacement normalement destiné aux jeunes du club.

A 32 ans, Nicolas Anelka qui a une longue carrière derrière lui n’a pas accepté le traitement infligé par le manager André Villas-Boas et c’est pourquoi il s’est engagé au Shanghai Shenshua. “J’avais tout l’équipement des professionnels mais ils m’ont mis dans une pièce à part pour me changer. Un jour vous pouvez marquer des buts et faire le maximum pour votre club mais le jour de votre départ il n’y a pas de pitié. C’est pourquoi le jour où vous décidez de partir, il n’y a pas de tristesse car il n’y a aucun ami dans le monde du football. C’est triste à dire mais c’est la vérité. C’est un sport collectif mais aussi très individuel”, a-t-il lâché.

Anelka n’a pas digéré le Mondial

Le natif du Chesnay ne regrette absolument pas d’avoir tourné le dos définitivement aux Blues et plus généralement à la Premier League anglaise. “C’est vrai que j’aurais pu faire une meilleure carrière mais je sais que j’ai réussi. Je suis fier de ce que j’ai accompli. Lorsque je reviens en France, dans les banlieues d’où je viens, les gars là-bas sont fiers de moi. Ils savent que je n’ai jamais abandonné. J’ai pris beaucoup de coups mais je suis toujours là”, a-t-il raconté. Au sujet de sa nouvelle écurie, Shanghai Shenshua, Nicolas Anelka a souligné qu’il se sent très bien en Asie. “Shanghai est le New York de l’Asie. J’aime la façon dont les gens vivent ici. Je suis déjà souvent venu en vacances.”

A la question de savoir s’il pourrait revenir jouer en Europe dans quelques mois, Nicolas Anelka a exclu cette possibilité. “C’est mon dernier contrat”, a-t-il certifié. En 2014 donc, le Français devrait prendre sa retraite sportive et entamer sa reconversion. Pour conclure, Nicolas Anelka a accepté de parler des évènements qui se sont déroulés pendant la Coupe du monde en Afrique du Sud. Il estime avoir été ciblé de façon injuste par les médias en général après son altercation à la mi-temps de France-Mexique avec le sélectionneur Raymond Domenech. “Cela va rester en moi pour toute la vie. Quand vous savez que vous avez fait votre devoir et accompli votre tâche puis qu’on vient vous planter un couteau dans le dos, ça fait franchement très mal”, a-t-il déploré. Même si de l’eau a coulé sous les ponts depuis cette Coupe du monde catastrophique en Afrique du Sud, force est de constater que Nicolas Anelka a du mal à oublier cet épisode qui a brisé son avenir chez les Bleus.