Blanc – Le Graët, ce sera 48 heures de plus !

A l’issue de leur entrevue au siège de la Fédération Française de Football, le sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc, et le président de la 3F, Noël Le Graët, se sont laissés un délais supplémentaire de 48 heures afin de réfléchir.

Laurent Blanc et Noël Le Graët

Restera, restera pas ? Rien a été pour le moment décidé quant à l’avenir de Laurent Blanc à la tête de l’équipe de France de football. Ce dernier, qui s’est entretenu plusieurs heures avec le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët, s’est montré peu bavard envers les journalistes à la sortie du siège de la Fédé. “On va se reparler durant ce week-end. Ces 48 heures de réflexion vont nous permettre, ou de rester sur ce qu’on a décidé de faire ou de faire évoluer la réflexion”, a lâché l’ancien coach bordelais. Même son de cloche du côté de la Fédération, qui a publié un communiqué pour le moins laconique sur son site officiel : “Le président de la FFF et le sélectionneur des Bleus (dont le contrat expire dans quelques jours) ont convenu de se donner un délai de réflexion supplémentaire.”

Toutes les conditions ne sont pas réunies

La partie d’échec continue donc entre Laurent Blanc et Noël Le Graët. Le premier n’est plus en position de force depuis un championnat d’Europe certes accompli au point de vue du bilan [les Tricolores ont passé la phase de poules] mais on ne peut plus décevant dans la manière et le comportement. Blanc n’a pas su, entre autres, gérer les égos, notamment celui de Samir Nasri. Il n’a pas su non plus faire d’une somme d’individualités une équipe solide et efficace. Cependant, l’ex-technicien des Girondins de Bordeaux jouit d’un appui populaire et des anciens de France 98.

Pour le second, Nöel Le Graët, l’objectif est aussi, et peut-être même avant tout, personnel. L’ancien président de l’En-Avant Guimgamp doit assurer sa réélection à la tête de la FFF en décembre prochain. Pour y parvenir, il doit notamment trancher sur le dossier Blanc mais aussi s’assurer de la baisse du coût du staff de l’équipe première. Une réduction qui passe par l’éviction de Philippe Tournon, chef de presse des Bleus, d’Henri Emile, coordinateur apprécié du public et des joueurs et la mise à l’écart de Fabien Barthez, ami de Blanc, et de ses missions onéreuses auprès de l’effectif (estimées à près de 90000 euros).

Blanc jusqu’à l’Euro 2016 en France ?

A l’heure où nous publions, Noël Le Graët, qui avait eu quelques tensions avec Laurent Blanc lors de sa prise de fonction à l’été 2010, serait enclin à proposer une prolongation de 2 ans au Président, jusqu’au Mondial 2014 au Brésil, assorti de deux ans supplémentaires, en fonction des résultats et du redressement de l’équipe de France. Du côté de Laurent Blanc, l’incertitude plane totalement quant à son avenir. Le nom de son ancien partenaire chez les Bleus, Didier Deschamps, revient avec insistance. Le contexte devrait s’éclaircir d’ici dimanche… ou pas.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)