PSG : Donnarumma déçu que Navas soit resté

Gianluigi Donnarumma pensait que les dirigeants du PSG régleraient la situation de Keylor Navas, lors du mercato estival. L’Italien regretterait que la situation soit restée la même que la saison passée, alors qu'on lui avait promis que le Costaricien partirait.

Gianluigi Donnarumma et Neymar, PSG Paris Saint-Germain

Si l’on en croit les éléments obtenus par L’Équipe, Gianluigi Donnarumma s’attendait à ce que Keylor Navas quitte le PSG, lors du marché des transferts estival. Le Costaricien a longtemps paru sur le point de rejoindre le SSC Napoli, en août, mais la transaction a finalement capoté. Le portier devrait occuper la place de numéro deux, sur le banc, au moins jusqu’en janvier. Et ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour l’Italien, à qui on avait promis son départ, en fin de saison passée.

Galtier a changé d’avis sur le numéro un ?

D’après le quotidien, Gianluigi Donnarumma pensait pouvoir retrouver la sérénité d’un numéro un indiscutable, en 2022-2023. L’ancien Milanais ne souhaitait plus de cette situation où la place de titulaire fait débat après chaque intervention discutable. Or le joueur a manqué une sortie contre la Juventus de Turin, mardi, qui a coûté un but au PSG. Christophe Galtier n’aurait pas apprécié, comme il n’avait pas aimé certaines de ses décisions face à Monaco, il y a quelques jours. Le technicien regretterait les difficultés de l’Italien à appréhender le jeu en profondeur. Certaines relances du portier poseraient également question.

Christophe Galtier lui maintient pour l’instant sa confiance, mais son discours a sensiblement évolué. Si le coach parisien affirmait au moment de la reprise estivale qu’il aimait définir un numéro un et s'en tenir à la hiérarchie, il a récemment ouvert la porte à l’idée de faire jouer des matchs à Keylor Navas. Une décision qui va dans le sens des hésitations de Luis Campos, qui aurait aussi hésité à laisser partir l’ancien Madrilène, durant le mercato. Dans le cas où Keylor Navas enchainerait quelques grosses prestations, on peut supposer que les deux décideurs parisiens réfléchiraient un peu plus attentivement à la situation…