PSG : “je ne suis pas Cavani”, la punchline de Mbappé après le penaltygate

13 août 2022, PSG-Montpellier (5-2). Après un échec de Kylian Mbappé, Neymar décide de frapper, avec succès, le 2e penalty de la soirée, puis il a ensuite liké des publications critiquant son coéquipier sur les réseaux sociaux. Le point de départ d'un nouveau “penaltygate” dans la capitale.

Neymar Kylian Mbappé PSG

Le Journal du Dimanche apporte de nouvelles révélations sur cet épisode. D’après le média, les deux stars se sont en effet expliquées à l’entraînement dès le lendemain de la rencontre. L’occasion pour les deux attaquants de vider leur sac : d’un côté, le Français reprochait un manque de franchise au Brésilien derrière ses sourires de façade, de l’autre l’ancien Barcelonais dénonçait les faveurs supposément accordées à son coéquipier suite à sa prolongation.

Mbappé a du répondant !

Le ton serait monté entre les deux hommes, à tel point que Mbappé aurait fini par lâcher une punchline en déclarant en substance : «Je ne suis pas Cavani. Moi, on ne me fera pas ce qui lui a été fait», aurait glissé le champion du monde 2018 en référence au précédent de 2017. Aucune précision n’est donnée sur la suite de ce différend mais deux choses sont certaines : d’une part, le Tricolore a été confirmé comme tireur numéro un même s’il laisse à l’occasion la possibilité au Sud-Américain de frapper les penalties ; d’autre part, le duo semble avoir retrouvé une bonne entente, du moins en apparence.

Le JDD explique aussi pourquoi Mbappé se trouvait aussi nerveux lors du match contre Montpellier. L’ex-enfant de Bondy avait en premier lieu le sentiment qu’un groupe contre lui se formait autour d’autres cadres dans le vestiaire. Le Parisien avait aussi peu goûté à un projet de Christophe Galtier. Le nouvel entraîneur du PSG envisageait en effet de positionner le buteur sur le flanc droit afin de ne pas perturber le duo Neymar-Lionel Messi, auteur d’un début de saison réussi sans lui. De quoi agacer Mbappé, qui avait obtenu des garanties sur son positionnement à gauche ou dans l’axe au moment de prolonger. Là aussi, le débat est clos et en faveur de l’ancien Monégasque.