Inter : un joueur craint le pire face à l’AC Milan

Ce mardi, l'Inter sera aux prises avec son rival du Milan AC dans le cadre des demi-finales retour de la Ligue des Champions. Les Nerazzurri se sont imposés 2-0 au match aller.

Les hommes de Simone Inzaghi sont à 90 minutes d'une finale de Ligue des Champions, la première depuis 2010, année du triplé pour les Intéristes, sous les ordres de José Mourinho. Si le triplé (avec la Serie A) est désormais impossible à aller chercher, les coéquipiers d'Edin Dzeko sont toujours en course pour remporter la Coupe d'Italie et donc la Ligue des Champions.

Pour cela, l'Inter devrait gérer son avance à domicile après avoir fait le plus gros du travail en s'imposant à San Siro la semaine dernière (2-0). Globalement au-dessus de leurs adversaires, aucun relâchement ne sera évidemment permis sous peine de voir s'envoler le rêve de tout un peuple de retrouver les sommets européens.

“Si on ne se qualifie pas, c'est un désastre”

Pour cela, Francesco Acerbi a mis en garde ses partenaires en conférence de presse, qui estime qu'une élimination serait absolument catastrophique pour le club : “Si on ne se qualifie pas demain, c’est un désastre, ce serait une saison de merde, estime le défenseur central. Je veux dire, laissez-moi vous expliquer : en un seul match, on pourrait passer d’une excellente saison à une saison ratée. Avec 0-2 au match aller, si tu perds… Notre sort dépend de nous. C’est une très bonne saison, il reste un peu à faire. Les cartes seront distribuées à la fin. Bonne saison pour l’instant, non ? On verra à la fin quand on en tirera des conclusions.

Les statistiques sont évidemment en faveur des joueurs de l'Inter qui ont près de 95% de chances de se qualifier après avoir remporté le match aller 2-0 à l'extérieur. Mais ces dernières saisons, les statistiques ont souvent été déjouées, et les “remontada” ont été de plus en plus fréquentes.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.