Les critiques de CR7, la vente de Di Maria… Pérez n’a rien oublié

Au travers d’un entretien retranscrit par Marca, le président du Real Madrid, Florentino Pérez, a accepté d’évoquer plusieurs sujets brûlants qui concernent notamment le trio Ronaldo-Di Maria-Falcao.

Angel Di Maria

Les critiques publiques de “CR7”. Interrogé à propos de la campagne de recrutement du Real Madrid, Cristiano Ronaldo a clairement fait savoir que cette dernière ne l’emballait pas beaucoup. En guise de réponse, le président Florentino Pérez a préféré calmer le jeu afin de ne pas froisser, il faut bien le dire, la superstar incontournable de la Casa Blanca. “Je connais très bien Cristiano. C’est le meilleur du monde et sa fidélité à Madrid ne fait aucun doute. Comme vous le savez, il n’a pas remis en question le club”, a-t-il expliqué en évitant de remettre de l’huile sur le feu. A propos du départ d’Angel Di Maria à Manchester United, contre une somme de 75 millions d’euros, l’homme fort du Real a laissé entendre que c’est l’ailier argentin qui a choisi de changer d’air.

“C’était une décision personnelle. Je ne pouvais rien faire d’autre. Nous avons présenté James Rodriguez (Monaco), l’un des meilleurs joueurs dans le monde, et Di Maria est allé à Manchester United.” Apparemment, les Merengue ont refusé d’accorder un salaire astronomique à “El Angelito” durant l’été ce qui explique en partie son départ. “Si nous avions accepté ses exigences, il se serait produit une injustice qui aurait mis en péril la stabilité du club.” Au sujet du milieu espagnol Xabi Alonso, qui a filé au Bayern Munich, Florentino Pérez a indiqué que ce dernier a réclamé un bon de sortie officiel.

“Il nous a dit fermement qu’il voulait partir. Il pensait que cette solution était la meilleure pour lui. (…) Xabi Alonso se rapproche de la fin de sa carrière. Nous avons compris et respecté son choix.” Pour ce qui est du cas Radamel Falcao, qui a été prêté par Monaco à Manchester United (prêt payant de 10 millions d’euros assorti d’une option d’achat fixée à 55 millions, ndlr), le président a admis que lui et ses collaborateurs ont songé à s’offrir le Colombien. Mais au final, Carlo Ancelotti a mis son veto. “Pour l’entraîneur, il était important de ne pas le faire signer.” Au final, les Madrilènes ont misé sur le prêt de Javier Hernandez (Manchester United) qui est polyvalent contrairement à Radamel Falcao.