Mercato - OM : contact rétabli pour une piste prioritaire

Le mercato de l'Olympique de Marseille s'affole ces dernières heures. Les Phocéens ont enregistré l'arrivée de Pierre-Emerick Aubameyang et sont repartis à l'assaut sur l'une des cibles prioritaires de l'été.

L'attaquant passé par le Borussia Dortmund, Arsenal et Chelsea s'est envolé ce mercredi soir en Allemagne pour y retrouver ses nouveaux partenaires en stage. Après avoir été libéré de sa dernière année de contrat chez les Blues, le Gabonais va s'engager pour les trois prochaines saisons avec l'OM. Aubameyang a sans doute pris la place d'Alexis Sanchez, qui devrait annoncer sa décision de quitter définitivement l'OM rapidement.

Pour autant, le mercato olympien ne va évidemment pas s'arrêter là. Malgré les arrivées récentes de Renan Lodi et de l'ancien de l'ASSE, il reste encore des manques à combler dans quasiment tous les secteurs de jeu. En ce sens, l'état-major marseillais continuerait de creuser la piste menant à Iliman Ndiaye.

Ndiaye n'est pas encore certain de vouloir rester à Sheffield

D'après les éléments recueillis par L'Équipe, le dossier du milieu offensif n'est pas totalement fermé, le joueur ayant encore des doutes quant à son choix de rester en Angleterre la saison prochaine. Le quotidien explique que des discussions se tenaient toujours entre les dirigeants olympiens et l'entourage du Sénégalais ces dernières heures.

Une issue favorable pourrait-elle être trouvée dans ce dossier ? Pour l'instant, il est difficile de l'affirmer. Une chose est sûre, les Phocéens ont fait d'Iliman Ndiaye l'une de leurs priorités estivales et étaient même prêts à miser 16 millions d'euros pour convaincre Sheffield de lâcher sa pépite.

Pour rappel, le natif de Rouen avait déclaré sa flamme à l'OM il y a quelques mois. Auteur d'une saison remarquable en Championship, il a grandement participé à la montée de son club en Premier League avec 15 buts et 11 passes décisives en 52 matchs toutes compétitions confondues.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.