Italie : accablé, Mancini vide son sac !

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Dimanche, la Fédération italienne de football a annoncé à la surprise générale le départ du sélectionneur Roberto Mancini.

Sous ses ordres, la Squadra azzurra avait obtenu d’excellents résultats, avec en point d’orgue le sacre à l’Euro 2021 mais aussi une série record de 37 matchs d’invincibilité. Quelques heures après l’annonce de son départ, des rumeurs ont commencé à émerger, liant le technicien de 58 ans à l’Arabie Saoudite. Ces bruits de couloir ont suscité l’indignation de la presse italienne, qui a accusé Mancini d’opportunisme et d’abandonner le pays à moins d’un an de l’Euro. L’ex-coach de Manchester City a riposté ce mardi dans les colonnes du Corriere dello sport.

« L' Arabie saoudite n'y est pour rien »

«Pour moi, l'Italie a toujours été ma priorité. Après tant d'années à ce poste, je reçois diverses propositions que j'étudierai dans les semaines à venir, mais pour le moment, il n'y a rien de concret (…) Il se passera quelque chose quand cela m'intéressera, mais l'Arabie saoudite n'y est pour rien», a d’abord assuré le Transalpin. A écouter Mancini, rien n’est donc noué avec les Saoudiens. En revanche, le technicien a chargé son ex-employeur.

«Cela faisait des mois que j'y pensais (à partir, ndlr), c'était le moment de partir, parce que quand certaines choses, certaines situations changent en interne, cela veut dire qu'on se dirige vers la fin. Selon moi, nous n'étions plus sur la même longueur d'onde, c'est toujours mieux d'anticiper avant que quelque chose de plus grave n'arrive. C'est une décision que j'ai prise avec beaucoup de tristesse, car je tenais beaucoup à la Nazionale. (…) Si quelqu'un veut vous garder, il peut faire changer les choses», a conclu Mancini, qui aurait notamment mal vécu la décision de la Fédération de nommer son bras droit à la tête de la sélection U20. Antonio Conte et Luciano Spalletti sont favoris à sa succession.

Romain Lantheaume
Au fond, je ne sais pas si ce que je préfère c’est le foot ou l’écriture. Une chose est sûre, je n’imagine pas l’un sans l’autre ! Mon cœur penche pour l’OGC Nice mais rien ne me fait autant vibrer que le foot africain.