Mercato - OM : accord total pour un nouveau départ

Après avoir transféré Cengiz Ünder au Fenerbahçe, l'Olympique de Marseille pourrait enregistrer un nouveau départ dans les prochains jours.

Éliminé de la course à la Ligue des Champions et reversé en Ligue Europa, l'OM va-t-il changer de stratégie sur les quinze derniers jours du mercato estival ? Après la rencontre face au Panathinaïkos, Pablo Longoria assurait que les dirigeants allaient maintenir la même ligne de conduite.

On est toujours ancrés sur un projet, ça ne change rien. Nos idées ne changeront pas d'ici la fin du mercato. Cela change pour l'attrait de la Ligue des champions. On n'a pas un besoin financier de vendre des joueurs. On avait anticipé les différents scénarios. La stratégie ne change pas“, avait ainsi déclaré le président espagnol. C1 ou pas, nos confrères de L'Équipe affirment que l'état-major marseillais avait budgété des départs pour environ 40 millions d'euros cet été. Jusqu'à présent, l'OM s'est séparé de Cengiz Ünder (15 M€), Arek Milik (6.5 M€), Luis Suarez (8 M€) et Nemanja Radonjic (1.5 M€). Il manque donc une dizaine de millions d'euros pour parvenir à cet objectif.

Malinovskyi vers la Serie A ?

Un montant qui pourrait être atteint après la vente de Ruslan Malinovskyi. Plus dans les plans du club, l'Ukrainien est courtisé par plusieurs écuries européennes, notamment en Premier League et en Serie A. C'est en Italie que le milieu offensif de 30 ans pourrait rebondir. En effet, La Repubblica affirme qu'un accord pour un prêt avec option d'achat a été trouvé entre le Genoa et l'OM.

Pour l'instant, aucun montant n'a filtré, mais Pablo Longoria et Javier Ribalta attendent au moins 10 millions d'euros pour l'ancien de l'Atalanta Bergame. En parallèle, l'OM cherche toujours à se débarrasser de Jordan Amavi et Pol Lirola, qui s'entraîne en marge du groupe depuis la reprise. Mattéo Guendouzi, lui aussi courtisé en Serie A, pourrait également faire ses valises avant le 31 août.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.