Mbemba le patron, Pau Lopez rassurant, Lodi en difficulté… Les Tops-Flops d’AEK Athènes-OM

Après avoir dominé l'AEK Athènes au stade Vélodrome (3-1), lors de la dernière journée de Ligue Europa, l'OM est allé s'imposer en Grèce sur le score de 2-0, ce jeudi soir. Une bonne victoire à l'extérieur, la première de la saison, dans une rencontre hâchée et parfois pauvre techniquement. Marseille prend la première place de son groupe.

Les Tops d'AEK Athènes-OM

Mbemba, le patron

Si on met plus en avant Chancel Mbemba que le très bon Leonardo Balerdi ce jeudi soir, c'est aussi pour le but du défenseur congolais, à savoir une jolie tête sur un corner parfaitement fouetté par Jonathan Clauss (24ᵉ). Ce but a bien lancé la rencontre de l'ancien du FC Porto, au niveau de jeu un peu décevant cette saison. Comme son compère argentin de la défense centrale, le joueur de 29 ans a su gérer son vis-à-vis, le remuant et puissant Levi Garcia, dans la profondeur comme dans la surface. Auteur de bonnes interventions – 8 dégagements, 4 blocages, 6 récupérations -, Chancel Mbemba a été également menaçant offensivement, avec deux passes amenant deux tirs de Geoffrey Kondogbia (39ᵉ) et une seconde tête sur corner, repoussée par le portier grec (32ᵉ). Solide et compact en fin de match, comme tous ses coéquipiers, Chancel Mbemba apparaît comme l'homme de cette rencontre, après avoir été décisif dans les deux surfaces.

Pau Lopez rassurant

Hué à chaque touche de balle lors de la dernière rencontre, contre le LOSC (0-0) en L1, après une passe mal assurée qui a failli provoquer un but lillois, Pau Lopez a été ce jeudi soir particulièrement décisif. Rarement sollicité en première mi-temps, sauf par des tirs hors cadre ou peu dangereux, l'Espagnol a sorti le grand jeu en seconde période, sur une tête dangereuse de Levi Garcia (50ᵉ) puis 4 minutes après sur une belle intervention (54ᵉ). Maître dans sa surface, dans les airs (72ᵉ), l'ancien Romain a sorti d'une belle claquette une tête vicieuse du Suisse Steven Zuber, en fin de partie (88ᵉ), quand l'AEK Athènes poussait et que l'OM comptait sur lui. Parfois hésitant cette saison, voire facilement battu, Pau Lopez a été ce soir rassurant.

Petit Correa deviendra grand ?

A-t-on assisté ce jeudi soir au – grand ? – réveil de Joaquin Correa ? Depuis son arrivée en prêt, fin août, l'Argentin n'avait proposé que des prestations soporifiques avec l'OM, entre manque d'intensité horripilant dans les courses offensives et défensives, et nonchalance terrible avec le ballon. Très utile pour effectuer des remises dos au but adverse, et pour poursuivre notamment des transitions offensives (16ᵉ, 31ᵉ), Joaquin Correa a notamment initié la première opportunité dangereuse de l'OM (16ᵉ), mal conclue par Vitinha. Généralement paresseux dans le travail défensif, le numéro 20 marseillais a effectué contre l'AEK Athènes 4 interceptions en première mi-temps, soit le 2ᵉ meilleur total de l'OM sur la période – oui, vous avez bien lu. Rapidement sorti en deuxième mi-temps (58ᵉ), l'ancien Intériste, peut-être en manque de jambes pour jouer plus d'une heure, donne un peu d'espoir pour la suite de sa saison, après avoir grandement déçu.

Les Flops d'AEK Athènes-OM

Lodi en difficulté

Si l'OM a rarement été menacé par l'AEK, sauf en fin de partie, le club phocéen peut néanmoins en vouloir au Brésilien, régulièrement dépassé par son adversaire direct, le remuant marocain Nordin Amrabat. Pourtant fiable depuis le début de la saison, l'ancien défenseur de l'Atlético Madrid n'a pas su gérer les appels dans son dos du numéro 5 de l'AEK Athènes, voire en couvrant un Grec largement devant la défense phocéenne sur une action dangereuse en seconde période. En somme, le danger est venu principalement de son côté, ou de sa faute. Offensivement, Renan Lodi s'est signalé par un bon appel et un bon centre (61ᵉ), mais aussi et surtout par des approximations techniques coupables, avec des passes ratées menant à des tirs hors du cadre, par exemple (43ᵉ, 90ᵉ+5). Avec un AEK moins maladroit, l'OM aurait pu s'en mordre les doigts, et Renan Lodi aussi. Une copie à revoir.

Un petit AEK ne passe pas

Battu 3-1 à l'aller, l'AEK Athènes n'a pas fait mieux au retour, en étant même moins dangereux qu'au Vélodrome. Bien entré dans la partie, du point de vue de l'organisation – l'équipe de Mathias Almeyda a bien gêné la relance basse phocéenne -, les Grecs n'en ont pas profité offensivement, en arrosant les cages de Pau Lopez sans précision aucune – 22 tirs, 7 cadrés, 1,98 xG. Plus dangereux dans les dix dernières minutes de la rencontre, en étant mené, sans toutefois tromper le portier espagnol de l'OM, l'AEK a encaissé un deuxième but en fin de match sur un pressing haut de l'OM (90ᵉ+3). Avec cette défaite, l'AEK est 3ᵉ du groupe, avec 4 points, soit 3 de moins que Brighton (2ᵉ) et 4 de moins que Marseille (1ᵉʳ). La qualification s'éloigne, et ce n'est pas illogique, tant l'approximation technique de cette équipe est coupable, et sa grande incapacité à se procurer des opportunités vraiment dangereuses.

Maxime Brun
Rédacteur cinéphile et fan de l'OM, j'aime les numéros 10 et les jolies passes.