OM : “Ça m’a rendu fou”, Di Meco démonte les joueurs après Brighton !

Interrogé sur la prestation des joueurs de l'OM jeudi soir sur la pelouse de Brighton en Europa League (0-1), Eric Di Meco n'a pas épargné les joueurs de Gennaro Gattuso.
Battu sur le fil jeudi en Angleterre après un but de Joao Pedro (88e), l'Olympique de Marseille a manqué une belle occasion de s'épargner deux matchs européens supplémentaires cette saison. En cas de victoire ou de match nul, les Marseillais auraient en effet validé directement leur billet pour les 8es de finale de la l'Europa League mais devront finalement passer par les barrages comme Rennes, Toulouse et Lens.

Un niveau technique qui interroge

Une chose est sûre, Eric Di Meco n'a pas aimé le visage affiché par son ancien club à Brighton. “La catastrophe pour moi, sur le match d'hier, c'est pas l'engagement, c'est le niveau technique. Quand je vois le nombre de mauvaises passes, les passes directement en touche de Veretout ! Les contrôles “américains”! Mais comment c'est possible de jouer à ce niveau-là et de faire des contrôles qui partent à 5 mètres. Quand c'est Vitinha, on est habitués, on a compris qu'il avait deux croissants de lune à la place des pieds. Il court, de temps en temps, il a un ballon qui lui tombe dessus et il la met au fond. Lui, à la limite, il n'est pas là pour ça mais quand je vois Ounahi, Lodi… Lodi, international brésilien. Il a fait des contrôles américains, des passes à l'adversaire toute la soirée”, a-t-il lâché ce vendredi sur RMC.

“Il y a un problème de cerveau”

Ce dernier en a remis une couche dans la foulée sur la prestation globale de l'équipe. “Mais en plus de problèmes techniques, il y a un problème de cerveau. Comment tu fais dans une défense à 5 quand tu es le latéral et que tu dois être plus haut pour couvrir 3 ou 4 fois le hors-jeu, parce que tu es inattentif. Mais tu es bête ou quoi ? Sur le niveau technique, il y a deux classes d'écart. Et ce qui est terrible c'est que sur le match aller, il n'y avait pas cet écart, et l'OM doit le gagner ce match. Hier soir, c'est pas possible les contrôles, les passes en touche directement. Ça m'a rendu fou”, a-t-il conclu.
Romain Boselli
Journaliste radio depuis 2010 (Europe 1-RFM), j'ai toujours gardé par ailleurs ce plaisir de rédiger des articles sur le football et le sport en général. Rédacteur web sur Top mercato depuis une dizaine d'années, j'interviens également dans une école de journalisme pour former les professionnels de demain à Montpellier. Particularité : grand fan de l'équipe de France !