Dembélé en grande forme, renversant Kubo… Les Tops-Flops de PSG-Real Sociedad

Bousculé durant les 45 premières minutes de son 8ᵉ de finale aller de la Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain s'est finalement imposé 2-0 contre une équipe joueuse mais muette, la Real Sociedad. Le club de la capitale a fait un grand pas vers les quarts de finale avant le retour, le 5 mars en Espagne.

Les Tops de PSG-Real Sociedad

Dembélé en grande forme

Seul attaquant titulaire du PSG à ne pas avoir marqué, contrairement à Kylian Mbappé à la 58ᵉ et à Bradley Barcola à la 70ᵉ, l'ancien Barcelonais a pourtant proposé une prestation assez impressionnante, et paradoxalement plus que celles de ses deux compères d'attaque. Pas décisif – 0 but, 0 passe décisive -, Ousmane Dembélé a cela dit été à l'initiative des deux buts, en tirant le corner menant à celui de Kylian Mbappé, et en se sortant du pressing adverse avant de changer d'aile juste avant que l'ancien Lyonnais ne marque. Par ailleurs, l'ailier, intenable, a beaucoup provoqué – 4 dribbles réussis, record du match -, tout en subissant des fautes – 5, record du match – et en gagnant des duels – 11, record du match. En sortant notre nez des statistiques, on a pu observer le déséquilibre constant qu'amène le Tricolore dans l'organisation adverse, en aidant sa formation à sortir du pressing intense de la Real Sociedad. Dans une telle forme, l'ex-joueur de Rennes est tout bonnement irrésistible.

Le renversant Kubo

Surnommé le Messi japonais durant sa formation à la Masia du FC Barcelone, l'ailier de poche de la Real Sociedad a donné le tournis à son adversaire direct, le pauvre Lucas Beraldo, durant la majeure partie du match. Point faible identifié de l'arrière-garde du PSG avant la rencontre, alors que le jeune joueur (20 ans) est en France depuis janvier et met (logiquement) du temps à s'acclimater, le numéro 35 n'a pas vu le jour face à Takefusa Kubo. Ce dernier s'est signalé de manière particulièrement visible à partir de la 17ᵉ, en enchaînant les dribbles devant la recrue parisienne, puis en décochant une frappe peu dangereuse. L'international nippon a renouvelé les arabesques plusieurs fois (21ᵉ, 39ᵉ, 40ᵉ), en passant pratiquement à chaque fois, en étant menaçant dans la dernière passe – 3 occasions créées -, mais pas dans la conclusion – 0,04 xG. C'est ce qui a manqué à la Real Sociedad, comme à son meilleur joueur ce mercredi, pour faire la différence au Parc des Princes. Un peu moins visible en deuxième mi-temps, particulièrement à partir de la 70ᵉ min du match, Takefusa Kubo ne devrait, sauf surprise, pas s'éterniser chez les Basques.

L'ambition de la Real Sociedad

Dès la 1ʳᵉ minute de jeu, le club espagnol a récupéré le ballon très haut dans le camp parisien, ce qui a mené à une frappe lointaine et peu dangereuse d'André Silva. Le ton était alors donné : le PSG n'allait pas avoir beau temps face au 7ᵉ de la Liga. Menant un pressing haut et intense face au PSG, la Real Sociedad a fait bonne impression, de surcroît pour une équipe ayant un tel écart de budget – et de philosophie sur le marché des transferts – avec le PSG. Certes, la possession – 62 % -, les chances de but – 1,35 xG contre 0,57 – et le score final (2-0) ont été à l'avantage du club français, mais l'ambition offensive de la Real Sociedad, qui a joué crânement sa chance, avec ses armes, est à souligner.

Les Flops de PSG-Real Sociedad

Oyarzabal, le grand absent

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. C'est ce qui est (presque) arrivé à la Real Sociedad ce mercredi. Privé de son meilleur buteur cette saison, Mikel Oyarzabal – 12 réalisations -, blessé, la Real Sociedad n'a pas su convertir ses maigres chances de but – 0,57 xG -, malgré un travail très intéressant sur l'aile droite de Takefusa Kubo, et du méritant et fuyant André Silva, utile dos au jeu et en décrochage plus que menaçant pour Gianluigi Donnarumma – 3 tirs, 0,19 xG. Inoffensif sur l'ensemble de la rencontre, le club espagnol n'a pas marqué depuis cinq matchs de suite. Cela devrait coûter leur élimination aux Basques, en 8ᵉ de finale.

Des motifs d'inquiétude pour le PSG

Si l'équipe de Luis Enrique s'est imposée ce mercredi, avec une avance notable pour se sentir en confiance avant le match retour, la rencontre ne rassure pas avant les prochaines échéances européennes du leader de la Ligue 1. Bousculée dans les grandes largeurs par le pressing de la Real Sociedad en première mi-temps, l'écurie française a perdu de nombreux ballons dans son propre camp sans que l'adversaire en profite. Cela renseigne sur la fébrilité de l'arrière-garde de Paris balle au pied, alors que, d'un point de vue plus individuel, Lucas Beraldo a encore été en difficulté face à son adversaire direct, Takefusa Kubo. On peut estimer que, face à un adversaire d'un autre calibre que la Real Sociedad, plus endurant sur la durée pour embêter le PSG et plus adroit devant le but, la formationn de Luis Enrique serait reparti d'un tel match avec au moins un but à aller chercher au fond de ses filets. Contre le club espagnol, Paris va passer au tour suivant, parce que ses individualités ont fait et feront la différence au retour, mais gare au tirage au sort en quart de finale : à niveau individuel équivalent, le PSG sera en grande difficulté.

Maxime Brun
Rédacteur cinéphile et fan de l'OM, j'aime les numéros 10 et les jolies passes.