ASSE : un taulier évoque l’usure mentale

Samedi après-midi, l’AS Saint-Étienne a enchaîné un quatrième succès de rang en Ligue 2 en s’imposant face à Concarneau (1-0). Un résultat qui permettra aux Verts d’occuper la deuxième place après cette 31ème journée.

Face au 18ème de Ligue 2, l’ASSE n’a pas livré sa meilleure prestation à Geoffroy Guichard, mais a récolté trois points ô combien importants dans la course à la montée. Un résultat d’autant plus positif qu’Angers et Laval, respectivement troisième et quatrième du championnat, ont partagé les points plus tard dans la soirée, ce qui offre ainsi la place de Dauphin aux hommes d’Olivier Dall’Oglio.

Le chemin est évidemment encore long pour les joueurs du Forez, qui peuvent compter sur une ferveur exceptionnelle, comme le confiait Dylan Chambost après la rencontre. “C'est exceptionnel, il n'y a pas d'autre mot, a lancé stéphanois. C'est magnifique, ils nous ont beaucoup apporté sur ce match. On sait qu'ils seront là à Ajaccio la semaine prochaine, et à tous les matchs jusqu'à la fin de la saison. On se dit qu'on a une force en plus.

Mentalement, on est là, on est prêts

Le milieu de terrain des Verts concède que la fatigue commence à être présente, tout comme l’usure mentale, mais assure que le groupe ne lâchera pas en si bon chemin.”C'est une victoire très importante, a reconnu le joueur de 26 ans. Il y a, je pense, un peu de fatigue, il faisait chaud aussi même si c'est pour les deux équipes, on n'a peut-être un peu souffert. Mentalement, on est là, on est prêts. Il reste encore sept matchs à gagner. L'usure mentale, il ne faut pas la prendre en compte.

Désormais, l’AS Saint-Étienne a son destin en main. En gagnant les sept derniers matchs, ce qui sera évidemment très compliqué, les Verts retrouveront la Ligue 1. Cela commence dès le week-end prochain avec un déplacement à Ajaccio.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.