Le clan Benzema démonte Gallardo

Dans une situation conflictuelle avec son club d'Al-Ittihad depuis plusieurs semaines, Karim Benzema semble avoir également des relations difficiles avec son entraîneur Marcello Gallardo, comme en témoigne la sortie de son frère cadet sur les réseaux sociaux.

L’histoire de mon départ n’est pas vraie et je suis heureux en Arabie Saoudite. Je n’ai aucun problème avec Gallardo, tous ceux qui disent que je veux retourner en Europe sont des menteurs. Je suis très heureux à ⁧⁩Al Ittihad. Pour ma part, je n’ai de problèmes avec personne.” Fin février, Karim Benzema avait tenté de calmer les choses à propos de sa situation en club.

Mais la relation entre l'ex-attaque du Real Madrid et sa direction semble toujours conflictuelle, tout comme celle avec son coach, Marcello Gallardo. KB9 n'a inscrit qu'un but depuis le début de l'année 2024 et ses récentes prestations sont toujours assez décevantes. Récemment, il n'avait pas hésité à pointer du doigt ses partenaires. “Ce n'est pas le même club que le Real Madrid, pas les mêmes joueurs. J'ai besoin d'aide sur le terrain. Je ne peux pas gagner tout seul ici. J'ai besoin de beaucoup de choses“, avait-il lancé.

Gallardo critiqué publiquement par le frère de Benzema

Déjà dans une situation difficile, son frère n'a pas vraiment aidé l'attaquant en critiquant publiquement Marcello Gallardo pour ses choix tactiques. Sur son compte Instagram, ce dernier a qualifié de “crime” le choix du technicien argentin d'utiliser Karim Benzema sur l'aile gauche. “Karim Benzema, tu joues à gauche maintenant? C'est un crime!!! Cela n'a pas de sens. Le football doit être respecté. #NueveNineNeuf9“, a-t-il écrit.

Malgré un contrat qui court jusqu'en 2026, il est difficile d'imaginer Karim Benzema réaliser encore deux campagnes dans ses conditions avec son club d'Al-Ittihad. Le Ballon d'Or 2023 aura sans doute une discussion avec ses dirigeants à la fin de la saison.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.