Euro 2024 : Ousmane Dembélé a-t-il encore sa place en équipe de France ?

Remuant mais maladroit depuis le début de l'Euro, Ousmane Dembélé provoque en Bleu la même frustration qu’il suscite au PSG. Mais doit-il réellement sortir du onze titulaire de Didier Deschamps pour le dernier match de poules face à la Pologne ce mardi (18 heures) ?

Auteur de 3 petits buts en Ligue 1 cette saison – dont 2 inscrits à la 29e journée –, Ousmane Dembélé peine à être décisif. Un constat qui a un temps été nuancé par son apport dans le jeu avec le Paris Saint-Germain où il décroche, fait progresser le ballon et se lie avec Achraf Hakimi côté droit mais qui, pour un ailier, finit inévitablement par peser. En Bleu, Dembélé ne profite pas de la même influence que celle qui est la sienne en club. Alors son manque d’efficacité n’est pas compensé et ressurgit encore plus fort. Depuis 2016, Dembélé a été sélectionné 44 fois par Didier Deschamps et n’a inscrit que 5 buts. Pire encore, depuis juin 2021, l’attaquant tricolore n’a marqué qu’à une seule reprise, face à Gibraltar (14-0) en novembre 2023. Un constat implacable qui semble se prolonger lors de ce Championnat d’Europe et qui pourrait amener le sélectionneur à opter pour un autre titulaire sur le flanc droit de l’attaque.

Kylian Mbappé Ousmane Dembélé Marcus Thuram Equipe de France
Crédits photo : Icon Sport

Actif, précieux et brouillon

Sur les deux premières rencontres des Bleus face à l’Autriche (1-0) et aux Pays-Bas (0-0), Dembélé a profité de deux scénarios bien distincts. Le premier comme ailier droit d’un 4-2-3-1 qui visait à ne surtout pas offrir de jeu intérieur au pressing autrichien, le second comme milieu droit d’un 4-4-2 qui l’a vu évoluer un peu plus haut et être légèrement plus en réussite. Au total, 4 dribbles réussis sur 11 tentés, 0,10 expected goal produit et 0,25 expected assit créé. Des chiffres faméliques toutefois légèrement nuancés par ses 57% de duels au sol remportés et son volume de jeu défensif. En 2022, lors de la Coupe du monde au Qatar, l’aspect sans ballon d’Ousmane Dembélé avait été l’une des révélations de l’équipe de France. S’il peut étonner lorsque l’on connaît le profil électrique de l’ailier, son apport défensif permet cependant à l’ancien rennais de se rendre utile collectivement lorsqu’il est moins en vue individuellement. Une évolution qui permet aujourd'hui à Dembélé de se fondre parfaitement dans le moule de Deschamps qui vise avant tout à conserver l'équilibre défensif. Bien qu'il s'agisse d'un facteur réducteur, ce dernier semble permettre au Parisien de garder la confiance de son sélectionneur face à la concurrence.

En possession, Dembélé dispose néanmoins d’une situation plus difficile. Orphelin d’un latéral proactif dans son couloir comme peut l'être Achraf Hakimi au PSG, l’ailier droit français doit se débrouiller seul en sélection. Parce que Jules Koundé derrière lui est un défenseur central de formation et qu’il vise avant tout à compenser le déséquilibre du côté gauche, Dembélé est parfois esseulé. Si ce scénario pourrait lui permettre d’être isolé et de profiter de certains renversements pour faire la différence en un contre un, la France n’est toutefois pas assez dominante dans le jeu pour lui offrir régulièrement ce type de séquence.

Marcus Thuram Kylian Mbappé Ousmane Dembélé Equipe de France
Crédits photo : Icon Sport

Qui pour le remplacer ?

Alors qu’il devrait une fois de plus être titulaire pour le dernier match de poules face à la Pologne, Dembélé pourrait jouer bien plus qu’une première place. En cas de nouvelle contre-performance, l'ailier des Bleus pourrait ouvrir encore un peu plus la porte à un partenaire pour éventuellement prendre sa place lors de la phase à élimination directe. Mais qui pourrait être l'heureux élu ?

Jusqu'ici, le choix semble naturellement se porter entre trois joueurs que sont Kingsley Coman, Randal Kolo Muani et Bradley Barcola. Si le premier oscille entre plusieurs pépins physiques et que le dernier est encore tendre pour une compétition de ce niveau, le choix de Deschamps pourrait logiquement se porter sur Kolo Muani. En l’absence de Coman, le Parisien avait déjà remplacé Dembélé à la 71e minute de jeu face à l’Autriche et dispose d’un profil compatible avec l’ambition collective de Didier Deschamps. Moins électrique que Dembélé bien que capable de percuter balle au pied, l’ancien nantais est un joueur particulièrement volontaire défensivement. En témoigne le choix du sélectionneur tricolore de décaler Adrien Rabiot côté gauche en l'absence de Kylian Mbappé face aux Pays-Bas, la notion de bloc prime régulièrement sur celle du déséquilibre.

Néanmoins, la dynamique de Kolo Muani n’est pas bonne. Son entrée face à l’Autriche n’a pas été fructueuse et il est resté sur le banc face aux Oranje. Et là est peut-être la réponse quant à l’éternelle titularisation d’Ousmane Dembélé. Bien que maladroit, l’ailier parisien est capable d’un exploit inopiné tout en ne disposant aujourd’hui d’aucun concurrent viable pour lui prendre sa place.

D’ores et déjà qualifiée pour le prochain tour, l’équipe de France va devoir s’imposer face à une Pologne éliminée pour tenter de rafler la première place de son groupe. Dans une quête qui pourrait se jouer à la différence de buts, les Bleus vont devoir se montrer efficaces offensivement, ce qui n’a jusqu’ici pas été le cas dans cet Euro. Pour y parvenir, la rédemption d’Ousmane Dembélé pourrait être une aide non négligeable.

Matthias Ribeiro
Journaliste passionné par le jeu et la tactique passé par So Foot, Coparena et L'Équipe.