OM : Genesio répond aussi à Longoria

En confiance de presse, Bruno Genesio s’est exprimé sur les propos tenus par Pablo Longoria concernant la formation française. Comme Hubert Fournier et Raymond Domenech, il considère que les entraîneurs hexagonaux sont sous-cotés.

Bruno Genesio, Stade Rennais

« Les entraîneurs français sont sous-cotés, j’ai encore lu une déclaration d’un président d’un grand club qui a dévalorisé la formation française (…) et je m’élève contre ça. Nous, entraîneurs français, on n’est pas suffisamment solidaires par rapport à ça. Quand je vois ce que fait Stéphane (Moulin), David Guion à Reims, Michel Der Zakarian à Montpellier par exemple, quand on ramène au budget et à l’effectif qu’il y a, et on peut aussi parler d’Olivier Dall’Oglio (Brest), il y a plein d’exemples de coachs français qui font très bien leur travail. Or, ils ne sont pas mis en avant, car ils n’ont pas la carte (…) Ce que c’est d’avoir la carte ? C’est-à-dire peut-être le look, la façon de parler, le fait d’avoir des relations avec un certain réseau, qui permet qu’à résultat égal, on va faire toute une montagne de l’un, et pas de l’autre », a-t-il lancé face aux médias, ce jeudi.

« On n’est pas suffisamment élaborés au niveau des langues étrangères »

Il concède en revanche que les techniciens français font trop peu d’efforts en ce qui concerne les langues étrangères : « C’est qu’on n’est pas suffisamment élaborés au niveau des langues étrangères, et ça, on doit travailler là-dessus. Et même en France, où on de plus en plus d’effectifs avec des joueurs étrangers. Ça, c’est un gros défaut par rapport à des coaches d’autres nationalités, capables de parler deux, trois voire plus de langues », a-t-il ajouté.

Pour rappel, Pablo Longoria s’était longuement exprimé sur le système du football français regrettant notamment un manque d’identité. Il avait fait remarquer que les entraîneurs de Ligue 1 étaient parmi ceux qui s’exportaient le moins, en Europe.