Super League : la banque JP Morgan a présenté ses excuses

Désireuse de financer la Super League rejointe par douze clubs européens, la banque JP Morgan est sortie du silence après le retrait du projet.

UEFA

Par le biais d’un communiqué relayé par le New York Times, un porte-parole de la célèbre holding financière américaine a fait son mea-culpa et dit regretter que la banque se soit engagée auprès des équipes fondatrices. « Nous avons clairement mal évalué comment cet accord serait perçu par la communauté du football au sens large et comment il pourrait les affecter à l’avenir. Nous en tirerons des leçons. »

JP Morgan était disposé à débourser la somme de 3,25 milliards d’euros pour financer le projet, voué à l’échec face à la pression des instances dirigeantes et des critiques de nombreux acteurs du ballon rond. Pour rappel, seuls le Real Madrid et le FC Barcelone n’ont pas communiqué sur leur désistement, à la différence des six clubs anglais (Manchester City, Manchester United, Liverpool, Chelsea, Arsenal, Tottenham), des trois formations italiennes (Juventus Turin, Inter Milan, Milan AC) et de l’Atletico Madrid.