Angers, Moulin : « On ne laisse pas un champ de ruine »