Angers, Moulin : « On ne laisse pas un champ de ruine »

Stéphane Moulin a félicité ses troupes, suite à l’obtention du maintien en Ligue 1, ce dimanche contre Dijon (3-0). Il a également dressé son propre bilan, sur le banc angevin.

Stéphane Moulin, Angers SCO

Le technicien angevin a fait part de sa satisfaction, après le succès obtenu contre les Dijonnais : « Ce qui prime, c’est le sentiment du travail accompli. On renouvelle le bail du Sco en L1. Sans moi, évidemment. Ce (dimanche) soir, c’est validé par la prestation de l’équipe. J’en profite pour remercier les joueurs. Qu’on soit coach, directeur sportif, président, sans eux, on n’est rien. On aurait aimé que ça se passe un peu plus vite et mieux, mais la L1, c’est difficile. On a fait une première partie de championnat de haut niveau pour nous, on n’a pas été capables de maintenir ça sur la saison. Il y a plein de raisons qui ont fait que… Je vous laisserai les énumérer, car il y en a beaucoup. Encore une fois, les garçons ont répondu présents, il y avait encore une fois beaucoup d’absents, mais ils avaient un cœur gros comme ça. »

« Ne banalisez pas ça, car il faut faire de sacrés efforts »

Il se réjouit de laisser le club dans l’élite : « Pour deux raisons pour moi, c’était important de laisser le club en L1. C’est ma 29e saison dans ce club donc vous imaginez à quel point je l’aime. Et je suis arrivé en 2011 avec Serge Le Dizet et le club venait d’être rétrogradé en L2 avant d’être repêché avec interdiction de recrutement. Dix ans plus tard, avec le travail collectif des dirigeants, du staff, des joueurs, des supporters, on laisse le club en L1 avec des bases solides, un travail de fond bien mené. On ne laisse pas un champ de ruine », a-t-il poursuivi. Il se satisfait de son bilan : « Ça fait six années de suite que ça se passe comme ça. Ne banalisez pas ça, car il faut faire de sacrés efforts. Et banalisez ça, ça peut occasionner de grosses déceptions par la suite. De grands noms du foot sont concernés par le maintien et pas le Sco, qui est sorti d’affaire. Il faut redonner de la noblesse à ça, car il peut y avoir de grosses déconvenues par la suite. Oui, il y a de la fierté, toujours avec un peu d’humilité. »

Angers pourra savourer, lors de ses deux derniers matchs prévus contre l’OM et contre Lille.