Nice-OM : le club phocéen envoie un message à la LFP

La Commission de discipline de la Ligue de football professionnel va décider ce mercredi du sort de la rencontre entre Nice et l’Olympique de Marseille du dimanche 22 août comptant pour la 3e journée de Ligue 1, arrêtée à la 76e minute de jeu.

Nice-OM, incidents supporters

Par la voix de son directeur de la communication Jacques Cardoze, approché par RMC Sport, le club des Bouches-du-Rhône attend de sortir « vainqueur » de cet épisode. L’Olympique de Marseille n’imagine pas le gel du match.

« L’OM ne peut que demander les 3 points, d’abord parce que c’est la jurisprudence, ensuite parce que si la sanction sportive est équivalente aux deux clubs, cela signifierait que le casseur et la victime sont placés sur le même plan (…) Ce serait une prime à l’envahissement de terrain et aux débordements. Demain des supporters pourront venir frapper des joueurs sur un terrain dans l’espoir de rejouer un match ou d’obtenir match perdu pour les deux équipes ! Personne ne doit courir ce risque. Ça ne peut pas être un exemple pour la société. Ce serait une prime à la violence. »

La Commission de discipline de la LFP avait déjà dévoilé ses premières sanctions, trois jours après les débordements de l’Allianz Riviera. Un huis clos total avait été prononcé à l’encontre des Aiglons pour la réception des Girondins de Bordeaux (4-0, 4e journée de Ligue 1).