Ligue 1 : Maracineanu demande aux clubs de prendre leurs responsabilités

Roxana Maracineanu, ministre déléguée des Sports, affirme que les clubs disposent des outils pour sanctionner les supporters qui commettent des infractions. Elle pense aussi que la Ligue 1 doit se mettre d’accord sur des règles à suivre lorsque des incidents surviennent durant les matchs. Elle n’a pas mâché ses mots à l’égard du football français.

Roxana Maracineanu

Sur RMC, Roxana Maracineanu a placé les clubs français face à leurs responsabilités, concernant les graves incidents survenus depuis le début de la saison. Elle considère que les clubs sont responsables de ce qui arrive : « Sauver le foot français, c’est beaucoup dire. Il faut donner l’impulsion pour que la Ligue réunisse les clubs et que ce sujet soit porté à l’ordre du jour. Six incidents en 14 journées, c’est grave. Il faut prendre la mesure, parler d’une même voix et surtout qu’ils s’accordent sur la position à prendre : comment se comporter, intervenir ? Comment les arbitres peuvent prendre des décisions plus simplement ? »

« Pourquoi ça ne marche pas ? Parce qu’elle n’est pas appliquée »

La ministre considère que les clubs disposent des armes pour agir : « Je veux que tout le monde applique ce qu’il peut appliquer dans la loi. Les clubs – comme le RC Lens l’a fait – peuvent appliquer des interdictions de stade contre ses supporters. Ça montre déjà un lien nouveau, une prise en considération des supporters par leur propre club et tout le monde s’accorde à l’appliquer dans son propre club. Pourquoi ça ne marche pas ? Parce qu’elle n’est pas appliquée. La Loi Larrivé – votée en 2016 – donne le pouvoir aux clubs de responsabiliser son groupe de supporters. Le club doit être responsable de son groupe de supporters, ça me paraît évident. Derrière, on s’est engagé à mieux appliquer la loi. »

Elle pense enfin que certains dirigeants se cachent derrière le gouvernement : « On ne peut pas tout attendre de l’État. Il faut que chacun soit responsable. Aujourd’hui, c’est au monde du football de se questionner. Nous avons déjà fait une réunion il y a un mois et demi qui était quasiment la même que celle que nous allons faire. Nous avons déjà proposé des choses de notre côté : un référent-supporter dans les préfectures pour avoir cette discussion avec les clubs en amont du match, pouvoir les aider sur la formation des stadiers, une circulaire pour que la justice soit plus prompte à agir et à appliquer les lois dont il est question. Mais en amont, c’est au monde du football de prendre ses responsabilités et de s’organiser. Il y a des lois qui sont faites pour ça, il n’y a pas à en refaire. Il faut déjà que celles-ci soient appliquées », a-t-elle ajouté.

Pour rappel, une réunion se tiendra entre le gouvernement et les instances du football français, ce mardi. Elle devrait aboutir sur une stratégie à suivre afin de débarrasser les stades de leurs supporters violents. Ces polémiques font bien sûr suite aux événements survenus à Lyon, dimanche soir.