OM : l’énorme coup de gueule de Cardoze contre la commission de discipline

Jacques Cardoze, directeur de la communication de l’OM, s’est emporté contre la commission de discipline de la LFP, avant même qu’elle ait donné son verdict. Il considère qu’elle ne respecte pas le club marseillais.

Jacques Cardoze, OM

Face à la presse, le dirigeant olympien a dénoncé le mode opératoire de la commission de discipline, laquelle n’a pas convié le club victime, pour sa réunion sur Lyon-OM. Il a indiqué que son club ne tiendrait pas compte de sa décision : «Aucun dirigeant de l’OM n’a été invité à s’exprimer devant cette commission, nous n’avons reçu aucune convocation. Nous estimons que cette commission de discipline est aujourd’hui illégitime, qu’il s’agit d’une parodie de justice. Les faits dont on parle sont extrêmement graves, jamais un match n’avait été arrêté à la 4e minute de jeu. Et voilà que l’une des deux parties n’est même pas invitée à pouvoir s’exprimer et apporter la contradiction. Est-ce que vous connaissez une cour de justice dans le monde, civile ou sportive, qui convoque le responsable mais pas la victime, qui donne plus de poids à la parole du responsable qu’à celle de la victime ?”, a-t-il lâché face aux journalistes présents.

Jacques Cardoze, OM

“Dans le rapport, on a fait disparaître beaucoup de choses”

Et de poursuivre : “Ce qui nous inquiète et nous motive, c’est que dans le rapport de synthèse, qui est arrivé en possession des Lyonnais vendredi dernier, et seulement hier après-midi (mardi) pour les Marseillais, on a fait disparaître beaucoup de choses curieusement. Par exemple, l’état de santé de Dimitri Payet est contenu en quatre petites lignes dans un rapport de 12 pages. Les Lyonnais ont cherché à minimiser les événements. On a le sentiment, à la lecture de ce rapport, qu’on a presque oublié qu’il y avait eu des errements et un problème de sécurité du côté des Lyonnais. On a minimisé l’état de santé de Dimitri Payet.

Tout cela est une honte pour le football français ! Nous ne reconnaissons pas cette commission de discipline. Est-ce que vous savez que le président Longoria était aujourd’hui dans un hôtel à Paris en attendant qu’éventuellement la commission de discipline veuille bien le convoquer ? (…) J’étais avec lui il y a encore quelques minutes dans l’espoir que la parole de Marseille soit entendue. Voilà avec quel mépris cette commission a décidé de traiter le président du club le plus populaire de France. (…) Nous nous réservons le droit de ne pas reconnaître la décision qui sera rendue ce soir et de poursuivre, par quelque moyen que ce soit, et devant les tribunaux, la décision qui sera rendue. Il ne peut y avoir une justice pour Jean-Michel Aulas et une justice pour l’OM.” Un coup de gueule retentissant qui devrait beaucoup faire parler.

Pour rappel, la commission a effectivement décidé de se passer de la présence des Marseillais, alors qu’elle se réunissait pour étudier les sanctions liées à la rencontre OL-OM. Les Lyonnais ont en revanche été invités. Et la tension était déjà montée d’un cran, mardi, alors que la radio avait révélé que Jean-Michel Aulas avait menacé l’arbitre du match pour le pousser à faire reprendre le match.

Un peu plus tôt, Pablo Longoria avait estimé qu’il fallait prendre de la hauteur, tandis que Jean-Michel Aulas avait proposé que les matchs puissent reprendre sans les blessés, après des incidents. La suite des événements promet d’être bouillante.