OM : Chedjou tacle Tudor, Rongier le défend

Dans La Provence, Aurélien Chedjou, qui a connu Igor Tudor lors du bref passage du Croate à Galatasaray (février-décembre 2017), a critiqué le style de management de son ancien coach. Pour Valentin Rongier, les rumeurs entourant l'entraîneur de l'OM sont exagérées.

Igor Tudor, OM

Pour l'ancien défenseur du LOSC, Aurlien Chedjou, les altercations d'Igor Tudor avec Gerson ou Mattéo Guendouzi ne sont pas surprenantes : “Je ne suis pas étonné que cela ne se passe pas très bien avec les joueurs. Le fait que la patte (Igor) Tudor ait fonctionné dans les petits clubs, c'est logique. C'est un très bon tacticien. Mais quand il a des éléments de caractère, ça se frite très vite. Sur le plan du management, ça ne passe pas. On demandait de l'écoute, il n'y avait pas moyen, et aucune place au dialogue. Ses méthodes d'entraînements nous usaient plus qu'autre chose : on n'était pas frais en match. (…) (Jorge) Sampaoli n'était pas spécialement tendre avec ses joueurs non plus, mais il faut avoir de la pédagogie, si vous vous mettez les joueurs à dos, vous faites couler votre bateau. Lui, il n'a aucune pédagogie, et n'est pas du tout dans la communication. Quand j'entends qu'il a mal parlé à Gerson ou à Cengiz (Ünder) devant tout le monde… Vous n'avez pas à descendre un gars devant tout le monde pour vous affermir.”

Depuis 2015, Igor Tudor n'a jamais entraîné une équipe plus de douze mois consécutifs. Le Croate a connu depuis cette année-là six équipes en tant qu'entraîneur principal (PAOK, Karäbukspor, Galatasaray, Udinese deux fois, Hajduk Split, Hellas Vérone).

Rongier : “Tudor n'est pas un tyran”

Sur Prime Video, ce samedi, Valentin Rongier a indirectement répondu à Aurélien Chedjou sur le management du Croate : “Igor Tudor ? Ce n'est pas un tyran, il aime bien quand tout est carré, tout est sérieux. Quand on est sur le terrain, il n'est pas là pour rigoler. Il veut que le travail soit bien fait, avec une grosse intensité, donc on s'adapte, ça prend un peu de temps. Mais non, ce n'est pas un tyran.” Par ailleurs, le milieu de 27 ans affirme que son coach ne veut pas complètement changer le style de l'équipe : “Il ne dit pas qu'il ne veut pas avoir le ballon, il dit qu'il veut aller vite vers l'avant, mettre en place un gros pressing.”

La tension entre le nouveau coach de l'OM et son groupe, minimisée par des joueurs comme Valentin Rongier ou Dimitri Payet, pourrait avoir des répercussions sur le match du soir, au Stade Vélodrome, contre Reims (20h45).