Mercato - Nantes : le message franc de Kombouaré sur le mercato

L'entraîneur du FC Nantes, Antoine Kombouaré, s'est exprimé sans concession sur le mercato estival du club de Loire-Atlantique. Le technicien des Canaris n'a pas masqué sa déception devant les journalistes.

Antoine Kombouaré, FC Nantes

“La direction a un point de vue différent”

L'ultime coup de pression d'Antoine Kombouaré n'aura pas eu l'effet escompté. Désireux de voir quatre nouveaux joueurs atterrir dans son effectif, l'entraîneur du FC Nantes s'est contenté dans les derniers instants du mercato du recrutement de l'attaquant camerounais du Racing Club de Lens Ignatius Ganago, acheté pour 4,40 millions d'euros. Portant ainsi à quatre le nombre de renforts enregistrés par le club basé à la Beaujoire après le milieu de terrain français Moussa Sissoko, débarqué de Watford pour 2 millions d'euros, l'attaquant égyptien Mostafa Mohamed, prêté par Galatasaray, et l'attaquant français Evann Guessand, prêté par Nice.

“On verra à la fin de la saison”

Pas de quoi satisfaire pleinement le Kanak, regrettant que sa direction n'ait pas répondu à ses demandes. Le coach de 58 ans s'est en revanche félicité que les cadres courtisés ne soient pas partis. “Je parle comme tous les entraîneurs : c'est une période éprouvante. On attend des joueurs, la direction a un point de vue différent. Le ressenti ? Il y a de la déception. Mais je suis content du groupe que j'ai. Le meilleur recrutement, c'est d'avoir gardé Alban (Lafont), Moses (Simon) et Ludovic (Blas).”

Antoine Kombouaré a tenté d'enterrer la hache de guerre avec ses dirigeants et son président Waldemar Kita, sur lequel le Tricolore aura multiplié les déclarations fracassantes. “L'année dernière, 8 départs. Là, on a un seul titulaire de parti – Randal Kolo Muani – et 4 très bons joueurs arrivés, tous potentiellement titulaires. La direction me met un effectif à disposition. On verra à la fin de la saison. C'est plutôt au niveau de la quantité… Les joueurs qui sont là, c'est bien. Les états d'âme, on les met de côté. On a un effectif. On travaille avec celui-ci. On verra cet hiver s'il faut compléter.”