Bilan mercato Ligue 1 (2/6) : Olympique de Marseille

Une fois n’est pas coutume, l’Olympique de Marseille s’est montré très discret cet hiver, ne faisant pas de folie lors du mercato. Hormis le départ surprise de Lucho Gonzalez au FC Porto et le retour de Brandao, les dirigeants se sont montrés très discrets, préférant économiser leurs sous et attendre patiemment la fin de la CAN 2012 qui les prive des frères Ayew.

Brandao

Brandao, la meilleure solution économique :

Il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Début novembre, Didier Deschamps faisait grise mine lorsqu’un journaliste lui glissait qu’un attaquant était à la disposition du coach olympien, et ce gratuitement : Brandao. Parti au Brésil à la suite de problèmes judiciaires, l’ancien joueur du Shakthar Donetsk a finalement été rappelé par le directeur sportif José Anigo, les finances de l’OM ne permettant pas d’attirer un joueur de calibre international, et ce, même sous forme de prêt. Exit donc les pistes Amauri, Gilardino ou Luca Toni, ces derniers préférant soit rester en Italie, soit signer pour des clubs exotiques mais qui offrent un salaire très avantageux.

Toutefois, le retour de Brandao est une excellente nouvelle pour Marseille. Ne possédant pas dans son effectif un élément capable de bouger les défenses, Didier Deschamps a également pu apprécier les talents de buteur du Brésilien, ce dernier ayant déjà trouvé le chemin des filets à deux reprises en Coupe de France face au Havre (3-1, ap) et en demi-finale de la Coupe de la Ligue mercredi soir (2-1). Choix “économique et sportif” dixit Deschamps, Brandao a le mérite de faire l’unanimité au sein du groupe. Et même avec les retours de Jordan et André Ayew, l’avant-centre auriverde devrait trouver une place au sein du onze-type olympien.

Lucho, un départ à 10 millions

L’arlésienne de l’été s’est enfin matérialisée cet hiver. Sauf que cette fois-ci, le départ de Lucho Gonzalez a surpris tout le monde par la rapidité de la transaction. Recruté voici deux saisons et demie par l’Olympique de Marseille pour la modique somme de 18 millions d’euros, l’international argentin a soufflé le chaud et le froid durant son passage dans le sud de la France, avec des coups d’éclat, mais aussi des sérieux coups de mou. Soutenu mordicus par Didier Deschamps qui avait tout faire pour le faire venir au club, “El Commandante” avait toutefois exprimé son souhait de quitter le club mais qu’à une seule condition, retrouver la formation qui lui avait donné ses lettres de noblesses, le FC Porto.

Banco puisque le président des Dragons Jorge Nuno Pinto Da Costa a rapidement négocié avec Vincent Labrune pour finalement conclure l’affaire dimanche dernier, après le match face au Stade Rennais (1-2). Officialisé lundi (En savoir plus), Lucho était un poids pour les finances du club, comme l’a expliqué Labrune sur RMC : “En accord avec la direction, le staff et l’entraineur, on avait convenu que si on avait une opportunité pour Lucho, on le laisserait partir. Ça va avoir un impact non négligeable sur la masse salariale de l’Olympique de Marseille.” En effet, l’OM économisera pas moins de 10 millions d’euros, Lucho étant sous contrat jusqu’en juin 2013. Seul Bémol, le joueur acheté 18 millions, est parti pour zéro euro, les Olympiens devant encore 2 millions en bonus au FC Porto.

Quelques noms pour finalement personne

Comme chaque hiver, plusieurs noms sont apparus dans les médias français et étrangers pour renforcer un OM qui cherchait avant tout à faire une bonne opération financière. Silvestre Varela a notamment été évoqué dans le cadre d’un échange avec Lucho Gonzalez (Voir par ailleurs) mais son salaire semblait poser problème. Le jeune avant-centre Ibrahim Sissoko était également dans le viseur de José Anigo mais le club allemand du VfL Wolfsburg s’est finalement montré le plus prompt sur ce dossier.

D’autres noms plus prestigieux ont été évoqués pour renforcer l’attaque marseillaise, qu’en cas de départ d’André-Pierre Gignac. Gaël Kakuta, Amauri, Filippo Inzaghi, Luca Toni ont ainsi été associés à l’OM mais Gignac, blessé, étant resté au club, aucun de ces éléments n’ont pu venir, même sous forme de prêt, d’où le retour de Brandao. A l’OM à présent de se montrer patient et d’attendre qu’André et Jordan Ayew, à la Coupe d’Afrique des Nations avec le Ghana, reviennent.

Voir par ailleurs

Bilan mercato Ligue 1 (1/6) : Paris Saint-Germain