Leroy Sané flamboyant, la belle première d’Onana… Les Tops-Flops d’Inter Milan-Bayern Munich

Face à une équipe italienne trop faible, le Bayern Munich n'a pas eu à forcer son talent pour s'imposer (0-2) ce mercredi dans ce choc du groupe C de la phase de poule de Ligue des Champions. Leroy Sané s'est illustré par un superbe but quand André Onana a longtemps sauvé les siens.

Leroy Sané, Barça Bayern

Les Tops d'Inter Milan-Bayern Munich

André Onana, une première réussie

Dans cette triste soirée pour les Nerazzuri, le gardien camerounais apparait comme une belle et rare lueur d'espoir. Pour sa première sous le maillot des Interistes, l'ancien portier de l'Ajax a fait mieux que résister. Préféré à Samir Handanovic ( 8 buts encaissés lors des 5 premiers matchs de Serie A), le gardien de 26 ans a saisi l'occasion pour se montrer. La tâche s'annonçait pourtant complexe face à l'un des cadors les plus offensifs d'Europe. Si André Onana avait déjà connu la Ligue des Champions avec l'Ajax, il la découvrait ce soir dans la peau d'un concurrent à la victoire finale. Certes, ce dernier n'a pas pu garder ses cages inviolés, mais il a tout de même longtemps repoussé l'échéance. Auteur de dix arrêts notamment en première période, André Onana a longtemps frustré les attaquants adverses. Sa capacité à relancer long sur ses attaquants apparait également comme un vrai point fort.

Le bijou de Leroy Sané

Il est bien loin le temps du Leroy Sané de Manchester City, ce joueur au talent indéniable mais qui décevait sans cesse. Désormais bien installé, l'international allemand s'est imposé comme l'un des cadres de cette équipe bavaroise. L'ancien attaquant des Sky Blues n'évolue plus dans l'ombre de Robert Lewandowski et montre à tout le monde l'étendue de son génie. Sur l'ouverture du score des Allemands, son contrôle est juste sublime, tout comme la conclusion de l'action. Le natif d'Essen est également à l'origine du deuxième but des siens, son superbe une-deux avec Coman pousse d'Ambrosio à commettre l'irréparable. Déjà auteur de deux buts et d'une passe décisive en Bundesliga, Leroy Sané pourrait bien connaître la plus belle saison de sa carrière.

Le Bayern adore les matchs d'ouverture

En venant à bout de l'Inter Milan, le Bayern a gagné son premier match de Ligue des Champions pour la 19ème fois consécutive. Si la statistique peut paraître anecdotique, elle montre tout de même la constance remarquable du club bavarois dans la plus belle des compétitions. Côté terrain, rien de bien spectaculaire certes mais il faudra tout de même compter sur le géant allemand dans la course à la victoire finale.

 

Les Flops d'Inter Milan-Bayern Munich

Un choc qui déçoit

L'affiche avait pourtant de quoi séduire. L'Inter Milan qui reçoit le Bayern Munich, deux dinosaures du Vieux Continent s'affrontant dans le mythique Guiseppe Meazza, peut-on rêver de mieux ? Probablement, car ce match de la première journée ne restera pas dans la légende de la Coupe aux grandes oreilles. Le Bayern n'a en effet pas eu à forcer son talent pour venir à bout d'une bien pâle équipe de l'Inter. Se jouant sur un rythme pas franchement haletant, la rencontre a toujours paru se disputer dans un sens. Côté ambiance, la Curva Nord ne nous a malheureusement pas gratifié d'un tifo dont elle a pourtant le secret. Notons d'ailleurs que la mythique enceinte n'avait même pas fait le plein pour cette affiche de prestige. Espérons que l'atmosphère sera plus chaude lors de la venue du Barça.

Le milieu des Nerrazuri

Pour ce choc, Simone Inzaghi avait choisi d'aligner un milieu à cinq. Autre information importante à la lecture de la feuille de match, l'absence de Nicolo Barella, l'Italien a sans doute payé sa performance décevante livrée face au Milan A.C lors du week-end passé (3-2). L'histoire ne dit pas si l'Inter aurait fait mieux ce soir avec lui. Force est de constater que les Interistes n'ont pas vraiment brillé dans l'entrejeu. Ni Brozovic, ni Mkhitaryan ou encore Calhanoglu ne sont parvenus à se mettre en évidence. Plus globalement, les Nerrazuri ont trop manqué de créativité, de folie pour mettre en difficulté une machine aussi rodée que la formation de Nagelsman. Il faudra faire beaucoup mieux dans cette campagne européenne pour espérer rejoindre les huitièmes de finale.