Mercato - PSG : pas de défenseur central recruté, Galtier en remet une couche

L'entraîneur du Paris Saint-Germain, Christophe Galtier, s'est exprimé en conférence de presse sur la blessure longue durée de Presnel Kimpembe. Le technicien parisien regrette que le club de la capitale n'ait pas réussi à recruter un nouveau joueur dans l'axe.

Christophe Galtier, PSG Paris Saint-Germain Paris SG

Le couperet est tombé pour Presnel Kimpembe. Touché samedi dernier contre le Stade Brestois (1-0, 7e journée de Ligue 1), le défenseur central français a été “victime d'une lésion des ischio-jambiers gauches”, comme annoncé par le Paris Saint-Germain dans un communiqué. En conséquence, le champion du monde 2018 manquera au “moins six semaines” de compétition. Une bien mauvaise nouvelle pour le champion de France en titre et son entraîneur Christophe Galtier, et ce d'autant plus que les dirigeants parisiens n'ont pas réussi à recruter dans l'axe.

“Je comprends mon président”

Face aux médias, avant la rencontre mercredi sur le terrain du Maccabi Haïfa (2e journée de la phase de poules de la Ligue des champions), le technicien français est revenu sur cet échec du mercato estival et la non-arrivée de Milan Skriniar, le défenseur slovaque de l'Inter Milan. “On souhaitait évidemment un défenseur central supplémentaire, parce que ce calendrier est un calendrier de fou. On avait raison. Il y avait ce qui était possible de faire ou pas. Et je pense que dans les dernières semaines, il était impossible… J'ai toujours dit, et je comprends mon président de ne pas avoir accepté les conditions de l'Inter Milan. Mais on va faire avec l'effectif qui est à disposition. J'ai des joueurs qui sont polyvalents. L'enchaînement de matchs, on va voir ce que cela va donner. Est-ce qu'il faudra changer d'organisation ? On verra bien. Ou alors intégrer un très jeune joueur. On a du potentiel en terme de jeunes joueurs dans les matchs qui vont arriver. Mais c'est pour ça qu'il était important à mes yeux et aux yeux de Luis Campos d'avoir ce défenseur supplémentaire. Malheureusement, on n'est pas arrivés à le faire.”