Le barrage face à l’Ukraine, le Ballon d’Or, sa fin de carrière, sa reconversion… Ribéry s’exprime !

“On n’a pas le droit de perdre.” Le ton a été donné d’entrée de jeu lorsque Franck Ribéry a évoqué, dans les colonnes de L’Equipe, le barrage qualificatif pour le Mondial 2014 face à l’Ukraine (15 et 19 novembre prochains). L’ailier du Bayern Munich a reconnu que lui et ses coéquipiers tricolores n’ont pas le droit à l’erreur.

Franck Ribéry

Favoris ? Oui mais… De toute évidence, les Bleus ont le statut de favoris avant la double confrontation face à l’Ukraine. En dépit de cela, Franck Ribéry se méfie énormément de l’escouade dirigée par Mykhaylo Fomenko. “On doit passer. Mais pour ça, il faut s’attendre à deux matches difficiles. Même si c’est mieux de tomber sur l’Ukraine que sur le Portugal, l’Ukraine reste une belle équipe. Ce sera difficile, d’autant que ce genre de match est toujours particulier. Le principal danger, c’est le contexte. Il ne faut surtout pas jouer avec la crainte de mal faire”, a mis en garde le joueur du Bayern Munich. A ce sujet, le joueur âgé de 30 ans craint que certains de ses partenaires entrent sur le terrain “avec une pression inutile”. Il juge que l’équipe de France doit “jouer l’aller à fond” pour “gagner” la première manche.

Au passage, il a plaidé pour que le sélectionneur Didier Deschamps reste aux commandes du navire France jusqu’à l’Euro 2016… même en cas d’élimination contre l’Ukraine. “Je l’espère, en tout cas. C’est un bon coach. Il a su nous redonner confiance. Ce n’est pas un mec arrogant. Pourtant, quand on regarde son palmarès… J’aimerais bien avoir le même, même si le mien n’est pas si mal depuis quelques mois”, a-t-il plaisanté. Ensuite, Franck Ribéry a fait un saut vers le futur. A ses yeux, la France aura pour objectif “de passer le premier tour” si elle parvient à composter son ticket pour le Mondial brésilien. “Après, ça va vite. En 2006, nous avions commencé difficilement. Mais l’équipe est devenue une machine ensuite. Notre groupe actuel a un potentiel”, a-t-il souligné.

Un rêve en or pour Ribéry

Au sujet de sa situation au Bayern Munich, le natif de Boulogne-sur-Mer a répété une nouvelle fois qu’il se régale en Bavière et qu’il envisage de terminer sa carrière au sein du club allemand. “Encore plus aujourd’hui qu’hier. Je me sens vraiment bien ici. Il me reste trois ou quatre ans de contrat (jusqu’en 2017). Je ne sais plus, je ne compte plus. Je suis tellement heureux ici.” Au sujet de sa reconversion dans quelques années, Franck Ribéry a une idée en tête. “Pourquoi pas entraîner ? Des jeunes. J’aimerais bien. (…) Je suis très sérieux. J’ai envie de transmettre ce que j’ai appris aux jeunes de quinze, seize ans. C’est une idée nouvelle chez moi. Mais elle me plaît bien.” En plus de conseiller le jeune David Alaba au Bayern, “Ti Franck” essaie aussi d’être “le grand frère” de deux champions du monde U20. “En équipe de France, je veille sur ceux qui arrivent. J’essaye de les motiver, les Pogba, les Varane. Ce sont des bons petits.”

A propos du Ballon d’Or 2013 qui sera remis en janvier prochain, Franck Ribéry juge qu’il a “peut-être besoin de plus de soutien” afin de devancer Cristiano Ronaldo (Real Madrid) et Lionel Messi (FC Barcelone). “Demandez aux représentants portugais ou argentins s’ils vont voter pour Ribéry ? En France, j’ai parfois l’impression qu’on préférerait voir Messi ou Cristiano Ronaldo. Je me demande pourquoi. Pourtant, j’ai été fort, j’ai été constant, j’ai gagné beaucoup de trophées.” Même si la partie n’est pas encore gagnée, l’ancien joueur de l’OM a indiqué qu’il sera au septième ciel s’il décroche le jackpot. “Ce serait un tel kif pour moi, ma famille, mes enfants. (…) Ma femme a tout préparé. J’essaye de ne pas y penser, mais elle y pense beaucoup, elle. Elle y croit énormément. Au Bayern, tout le monde estime que je dois le gagner.” Verdict le 13 janvier prochain.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)