Le Top 5 des matchs les plus fous de l’histoire de la Ligue 1

L'Olympique Lyonnais et Montpellier ont offert dimanche dimanche un spectacle fantastique au public du Groupama Stadium, avec une victoire arrachée dans les derniers instants par les Gones (5-4) dans un match marqué par les quadruplés d'Alexandre Lacazette et d'Elye Wahi. L'occasion pour la rédaction de Top Mercato de revenir sur ces matchs absolument fous qui ont fait la légende du championnat de France.

1. Olympique Lyonnais – Olympique de Marseille (5-5), 13e journée, 8 novembre 2009

Si un classement reste subjectif et dépendant des souvenirs de chacun, l'affiche qui opposait l'Olympique Lyonnais à l'Olympique de Marseille à Gerland, lors de la saison 2009-2010, reste ancrée dans la mémoire des deux clubs et de l'ensemble des observateurs. Nous sommes le dimanche 8 novembre 2009. Deuxièmes du classement, les Gones entraînés par Claude Puel peuvent chiper la première place du classement aux Girondins de Bordeaux, en cas de succès. Les Phocéens occupent eux la troisième place et passeront devant les Lyonnais avec une victoire. C'est dire l'enjeu majeur de ce choc venu conclure la 13e journée.

Les spectateurs présents sur place et téléspectateurs devant Canal Plus ne seront pas déçus du spectacle proposé par les 22 acteurs. À la pause, les deux équipes se neutralisent (2-2), Miralem Pjanic (3e) et Sidney Govou (14e) trouvant l'ouverture dans la défense marseillaise contre des réalisations de Souleymane Diawara (11e) et Benoît Cheyrou (44e) en faveur des visiteurs. La seconde période est toute aussi dingue et l'Olympique de Marseille prend deux buts d'avance, signés Bakari Koné (47e) et Brandao (79e). Les coéquipiers de Steve Mandanda pensent alors s'imposer, mais un doublé de Lisandro Lopez permet aux Lyonnais d'égaliser (81e, 84e sur penalty). Les locaux prennent même l'avantage par Michel Bastos (90e) et croient s'imposer sur le fil, avant l'égalisation des Marseillais sur un csc de Jérémy Toulalan (92e).

2. Olympique de Marseille – Montpellier (5-4), 3e journée, 22 août 1998

Lors de la saison 1998-1999, la 3e journée propose une affiche entre Marseille et Montpellier, au Vélodrome. Les Olympiens alors coachés par Rolland Courbis vont offrir à leur supporters ce qui reste à ce jour comme l'une des plus mémorables “remontadas” du championnat de France. Et pourtant, les partenaires de Fabrizio Ravanelli n'en menaient pas large à la pause. Au terme d'une première période à sens unique, le MHSC mène 4-0 grâce à des buts d'Ibrahima Bakayoko (15e, 34e), Laurent Robert (19e) et Franck Sauzée (23e).

L'Olympique de Marseille réalise pourtant l'impensable au retour des vestiaires et signe ni plus ni moins qu'un “miracle”, comme rappelé par son entraîneur de l'époque. Les Marseillais renversent les Héraultais sur des buts de Florian Maurice (61e), Christophe Dugarry (64e, 71e), Eric Roy (84e) et Laurent Blanc (90e sur penalty). Un improbable succès que les fans des deux camps n'ont pas oublié 25 ans plus tard. Quelques mois après ce match, au prix d'une belle lutte à distance avec les Girondins de Bordeaux, Marseille accroche la deuxième place du classement à seulement une longueur des Aquitains, une saison marquée également par sa défaite contre les Italiens de Parme en finale de la Coupe UEFA.

3. AS Monaco – OGCN Nice (3-4), 9e journée, 2 octobre 2004

Le derby de la Côte d'Azur qui opposait Monaco à Nice au stade Louis-II, le 2 octobre 2004 pour le compte de la 9e journée, demeure un cauchemar pour les supporters de l'ASM et un souvenir impérissable pour les fans des Aiglons. Leader du classement au coup d'envoi, le club de la Principauté défie un voisin azuréen alors englué dans la seconde partie du tableau. Déséquilibrée sur le papier, la rencontre l'est effectivement pendant une heure.

Les joueurs de Didier Deschamps mènent 3-0 sur des buts de Javier Saviola (5e) et Emmanuel Adebayor (20e, 60e) et pensent se diriger vers une victoire incontestable. Mais les hommes de Gernot Rohr réussissent l'inimaginable en marquant quatre buts en 16 minutes, avec un triplé de Victor Agali (67e, 72e, 74e) et le but de la victoire de Marama Vahirua (83e). Au terme de cette saison 2004-2005, les Monégasques terminent troisièmes du classement à seize longueurs de l'Olympique Lyonnais et quatre points de Lille. Les Niçois finissent eux douzièmes et décrochent leur maintien.

4. Olympique Lyonnais – Paris Saint-Germain (4-4), 25e journée, 25 février 2012

Leader du classement et à la lutte avec Montpellier pour le titre de champion de France, le Paris Saint-Germain se présente sur la pelouse de l'Olympique Lyonnais avec l'ambition de se relancer après deux nuls consécutifs, le dernier contre son dauphin héraultais (2-2). Opposés à des Rhodaniens sixièmes, les joueurs de Carlo Ancelotti passent près de la catastrophe face aux troupes de Rémi Garde. Si les Parisiens ouvrent la marque par Guillaume Hoarau (21e), les Olympiens frappent à trois reprises sur des buts de Bafétimbi Gomis (34e), Lisandro Lopez (36e) et Michel Bastos (40e).

Avant la pause, les visiteurs réduisent la marque grâce à un penalty de Nenê (45e), mais les partenaires de Hugo Lloris reprennent une avance de deux buts par Jimmy Briand (57e). Mal en point, le Paris Saint-Germain sauve la face en recollant sur des réalisations de Marcos Ceara (73e) et un nouveau but de Guillaume Hoarau durant le temps additionnel (93e). Un moindre mal qui n'empêche pas Paris de céder son leadership à Montpellier, pour un point. Quelques semaines plus tard, les partenaires de Javier Pastore échoueront à gagner le titre, obtenu à la surprise générale par le MHSC de René Girard conduit par un certain Olivier Giroud.

5. Angers – Toulouse (2-3), 38e journée, 14 mai 2016

Nous sommes le 14 mai 2016 et Toulouse, à la lutte pour le maintien, rend visite à Angers dans le cadre de la 38e et dernière journée de la saison 2015-2016. Un TFC entraîné depuis quelques semaines par Pascal Dupraz. Au moment de sa venue sur le banc, le club de la ville rose pointait à la 19e place avec un retard de dix points sur le premier non-relégable. En se présentant sur la pelouse du SCO, les partenaires de Wissam Ben Yedder ont opéré une belle remontée et occupent la 17e place. Au-delà de leur propre prestation, leur salut dépend également de la performance du Stade de Reims contre l'Olympique Lyonnais.

Mené à la pause sur un but de Billy Ketkeophomphone (12e), Toulouse est alors relégué en Ligue 2, les Champenois menant dans le même temps face aux Lyonnais (2-0). Si l'égalisation de Wissam Ben Yedder (59e) redonne espoir à tout un peuple, les locaux reprennent l'avantage par Saïd Benrahma (63e). Dos au mur, les Toulousains ne peuvent plus compter sur une aide des Gones, balayés à Auguste-Delaune (1-4) par des Rémois alors maintenus. Les visiteurs vont pourtant réaliser l'impossible en marquant deux fois par Martin Braithwaite (78e) et Yann Bodiger (80e), pour une victoire 3-2. 17e, Toulouse devient le premier club à sauver sa peau dans l'élite alors qu'il ne comptait que 22 points à dix journées de la fin de saison.

Camille Fischbach
Diplômé en journalisme sportif à l'ESJ Paris, passé par plusieurs rédactions (Foot365, Sport.fr, Foot Marseille, Daily Mercato), je travaille exclusivement sur Top Mercato depuis plus de dix ans. Fan de l'AS Saint-Etienne, hélas reléguée en Ligue 2, et de Pierre-Emerick Aubameyang, j'apporte mon sérieux et mon professionnalisme à un site en pleine expansion.