Le magicien Bernardo Silva, Man City trop puissant, le Real à la dérive… Les Tops-Flops de Man City-Real Madrid

Surclassé durant cette demi-finale retour, le Real Madrid quitte la Ligue des Champions après une défaite méritée sur le score de 4-0 contre Manchester City. La formation de Pep Guardiola ira à Istanbul affronter l'Inter, le 10 juin, en finale de la C1, avec le statut d'immense favori.

Les Tops de Man City – Real Madrid

Le magicien Bernardo Silva

Annoncé avec insistance sur le départ, peut-être vers le Paris Saint-Germain, Bernardo Silva a-t-il voulu faire un joli cadeau d'adieu à Manchester City, en contribuant largement à envoyer, par son doublé, son club en finale de la Ligue des Champions ? Le milieu offensif portugais, d'une finesse technique presque constamment remarquable (le premier ballon du match de Bernardo Silva a été un contrôle raté), a inscrit un second but délicat qui dit tout de son niveau de jeu actuel : après une frappe repoussée d'Ilkay Gündogan, l'ancien Monégasque a eu la lucidité de placer une tête légèrement piquée en lucarne pour tromper David Alaba, le dernier défenseur du Real Madrid qui gardait sa ligne de but déserté par le portier Thibaut Courtois (37e). Un peu plus tôt (23e), le milieu a profité d'une passe décisive lumineuse de Kevin De Bruyne en pleine surface madrilène pour ajuster le gardien belge d'une frappe puissante du gauche. Moins star que nombre de ses coéquipiers, Bernardo Silva a justifié, ce soir, l'insistance de Pep Guardiola pour le garder l'année prochaine.

Manchester City trop puissant

Le génie Pep Guardiola va-t-il enfin remettre la main sur la Ligue des Champions, après 12 ans de disette ? À la tête d'un rouleau compresseur, l'Espagnol a marché dans les grandes largeurs sur le Real Madrid ce soir, en étant disposé dans un très original 3-2-4-1, avec le défenseur central John Stones en position de milieu de terrain défensif quand les Cityzens ont la possession. La formation anglaise, qui va également remporter le titre en Angleterre, a proposé rien de moins qu'un chef-d'œuvre en première période, mal récompensé par seulement 2 buts (de Bernardo Silva). Ne laissant tirer le Real Madrid qu'une seule fois, avec 28 % de possession pour son adversaire, la formation anglaise a réalisé une démonstration, avec des individualités au top (Bernardo Silva, Jack Grealish, Ilkay Gündogan), 13 tirs en tout, dont 5 cadrés, 4 grosses chances de marquer, et un xG assez élevé face à une équipe d'un tel niveau (1,53). En seconde période, conscient d'être déjà qualifié, Manchester City a levé le pied, mais deux buts (csc d'Eder Militão, 76e ; Julian Alvarez 90e+1) sont venus récompenser le match référence des Cityzens. Et qui permet à la formation anglaise de rêver d'un premier titre en C1 dans son histoire.

Courtois, seul au monde

Oui, le gardien belge du Real Madrid a encaissé deux buts en première période et deux en seconde, mais son équipe peut le remercier de n'avoir pas pris une rouste encore plus impressionnante face à Manchester City. Bien entré dans la rencontre dès la 12e, devant Erling Haaland, Thibaut Courtois a récidivé à la 20e, avec un arrêt de très grande classe. Impuissant sur les quatre buts cityzens, car laissé à l'abandon par une défense malmenée et friable, le portier de 31 ans est la seule (relative) satisfaction du club espagnol dans cette soirée cauchemardesque (3 arrêts dans sa surface).

Les Flops de Man City – Real Madrid

Le Real Madrid à la dérive

Le Real Madrid a fait illusion en seconde période, avec deux grosses opportunités sur une même action à la 82e et une domination discrète (51 % de possession, 6 tirs contre 3), mais le club espagnol avait perdu la rencontre dès la première mi-temps. Confondant de médiocrité et d'approximations techniques, ultra-dominé dans tous les compartiments du jeu (21 % de possession à la 20e, 28 % à la 45e), absent des duels, le Real Madrid s'en est tiré à bon compte en rentrant dans les vestiaires après 45 minutes de jeu avec seulement 2 buts dans la musette. Grâce à deux exploits de Thibaut Courtois, l'équipe de Carlo Ancelotti n'a pas encaissé 4 buts comme elle aurait dû le faire, pour finalement les prendre sur l'ensemble de la rencontre, en donnant même l'impression d'avoir été bien payé avec ce résultat. Renversant à chaque double confrontation à élimination directe la saison dernière, le Real Madrid, fatigué, sans idée, sort par la petite porte de la C1 face à une équipe qui lui a été très largement supérieure.

Le doute Haaland

Le Norvégien ne nous a pas habitué à ça : comme au match aller, Erling Haaland n'a pas su trouver le chemin des filets contre le Real Madrid, pourtant très friable ce soir (4-0). Le buteur prolifique (52 buts cette saison) a pourtant eu quelques occasions pour marquer (3 tirs), mais son inhabituelle maladresse, illustrée surtout à la 72e avec son face-à-face raté contre Thibaut Courtois (son tir a touché le portier pour finir sur la transversale), ne lui a pas permis de mettre le ballon au fond des filets. De surcroît, son remplaçant, Julian Alvarez, a lui inscrit un but en à peine deux minutes de temps de jeu. Après ce relatif couac en demi-finale, Manchester City attend désormais son meilleur joueur cette saison en finale de la Ligue des Champions, contre l'Inter, le 10 juin.

Maxime Brun
Rédacteur cinéphile et fan de l'OM, j'aime les numéros 10 et les jolies passes.