Espagne : baiser sur la bouche…Défense scandaleuse et nouvelle provocation de Rubiales

Au cœur d’une grosse polémique en Espagne pour avoir embrassé de force Jennifer Hermoso lors de la cérémonie de remise des médailles après la finale de la Coupe du monde féminine dimanche, le président de la Fédération espagnole n’a pas vraiment arrangé son cas au moment d’expliquer son geste.

Très démonstratif dimanche après la victoire des Espagnoles à Sidney en finale de la Coupe du monde féminine face à l'Angleterre (1-0), Luis Rubiales a complètement dérapé sur le podium avant la remise du trophée. Son baiser forcé sur la bouche de la meilleure buteuse de l'histoire de la sélection a déclenché, à juste titre, de vives réactions sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Une défense qui interroge

Et le pire dans tout ça ? Visiblement, le président de la Fédération espagnole ne regrette absolument pas son geste, soi-disant effectué dans l’euphorie de la victoire. “N'écoutons pas les idiots et les gens stupides, vraiment. Il s'agit juste de deux amis qui fêtent quelque chose. Nous ne sommes pas là pour des bêtises. Moi, avec tout ce que j'ai vécu, plus de bêtises et plus de trous du c… Ignorons-les et profitons des bonnes choses. Ne me parlez même pas des imbéciles qui ne savent pas voir le positif. C'est une chose sans méchanceté. S'il y a des imbéciles, qu'ils continuent leurs bêtises. Écoutons ceux qui ne sont pas des idiots. C'est une chose qui n'a pas de sens, si les gens veulent perdre leur temps avec ça”, a-t-il lâché au micro de la Cope avant de prendre le vol prévu pour ramener toute la délégation en Espagne.

Une autre provocation dans la foulée

Pour célébrer ce succès, les 23 championnes du monde prendront rapidement la direction d’Ibiza au frais de la Fédération. Après cette annonce, Rubiales s’est permis une nouvelle provocation qui interpelle les médias. “A Ibiza on célèbrera le mariage de Jenni et Luis Rubiales”, a lâché le dirigeant du football espagnol. Sur les réseaux sociaux, Jennifer Hermoso a reconnu avoir été surprise par cet acte, qu’elle “n'a pas aimé”, tout en assurant qu’il s’agissait selon elle d’“un geste d'amitié et de gratitude”. A priori, elle ne devrait donc pas porter plainte, même si ce geste peut être considéré comme une agression sexuelle.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store