Manchester City : Grealish tient Guardiola pour responsable de sa méforme !

Très souvent titulaire avec Manchester City la saison dernière, Jack Grealish a perdu sa place cette saison. Depuis quelques semaines, il semble avoir retrouvé la confiance de son entraîneur, Pep Guardiola.

Depuis le début de la campagne 2023-2024, Jack Grealish a démarré moins d'une rencontre sur deux, 43% pour être tout à fait précis. Élément important des Citizens auteur d'un triplé historique la saison dernière, l'international anglais, recruté pour 117 millions d'euros en 2021, a connu des difficultés lors de la première moitié de saison. La situation s'améliore tout de même pour l'ancien joueur de West Ham, qui a notamment été titulaire lors de la double confrontation contre le Real Madrid.

Dans une interview accordée au Telegraph, le milieu offensif est revenu sur ses moments difficiles. Il a notamment pointé du doigt son faible temps de jeu pour expliquer sa méforme avec le champion d'Europe en titre.

“Entrer et sortir de l'équipe, c'était un peu difficile”

Au début de la saison, je ne sais pas, je n’avais pas l’impression de bien jouer, a expliqué le joueur de 28 ans au média britannique. Pour être honnête, je ne me sentais pas vraiment en forme. Entrer dans l’équipe, jouer un match, puis sortir de l’équipe, entrer et sortir, c’était un peu difficile, mais je me sens bien maintenant.”

Tombeur de Chelsea à l'Etihad Stadium ce samedi (1-0), Manchester City occupe la deuxième place de la Premier League, mais compte un match de moins que le leader, Arsenal et deux d'avance sur Liverpool, son poursuivant. Les joueurs de Pep Guardiola ont leur destin en main pour remporter un nouveau championnat cette saison.

De son côté, Jack Grealish monte (enfin) en puissance au bon moment dans ce sprint final. Le milieu offensif devra cependant se montrer davantage décisif, lui qui n'a inscrit que trois buts et délivré trois passes décisives cette année.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.