Algérie : Belmadi cartonne l’arbitrage en Afrique

Le sélectionneur des Fennecs, Djamel Belmadi, confirmé à son poste par la Fédération algérienne de football (FAF), s'en est pris à l'arbitrage sur le continent.

Dans une vidéo publiée sur la chaîne YouTube de la FAF, l'Algérien de 46 ans a dit tout le mal qu'il pensait des arbitres : “Plus jamais on ne laissera deux-trois personnes conspirer contre notre pays. On ne laissera plus jamais un arbitre venir mettre à mal un pays. Je suis obligé de dire que je n'ai pas du tout aimé le lendemain, cet arbitre, confortablement installé à l'aéroport d'Alger dans les salons, boire un café et un mille-feuille. J'ai vidé mon sac contre cet arbitre, je l'ai croisé en Turquie, je lui ai dit la même chose, qui il était. Nous, quand on va en Afrique, on n'a pas les mêmes faveurs.  Il a enlevé l'espoir de tout un peuple… Je ne dis pas qu'il faut le tuer. Mais on ne va plus accepter ce genre de situation” a affirmé Djamel Belmadi, en parlant de l'arbitre du match retour des barrages contre le Cameroun, Bakary Papa Gassama.

Le sélectionneur a ensuite élargi son constat au continent : “C'est une catastrophe en Afrique. Chez nous, il faut régler l'arbitrage et les infrastructures, les dirigeants auraient dû s'intéresser surtout à ça. S'il y a des terrains et des stades qui se construisent ici et là, le niveau de l'arbitrage est encore très loin du haut niveau. Pour moi, on est, et tout le continent inclus, à l'âge préhistorique au niveau arbitrage. Voulu, pas voulu, veulent-ils l'arranger ou pas, est-ce que ça en arrange certains ou pas à la FIFA, je ne sais pas, mais celui qui veut en parler avec moi, qu'il vienne.”

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)