Mercato - Casemiro, Ronaldo, Antony… Ca se débloque enfin à Manchester United ?

Les dirigeants de Manchester United paraissent avoir accéléré sur plusieurs dossiers du mercato, dont ceux de Casemiro (Real Madrid) et Antony (Ajax Amsterdam). Cristiano Ronaldo est quant à lui envoyé à l’Atlético Madrid et au Borussia Dortmund.

Bruno Fernandes Cristiano Ronaldo Portugal

Si l’on en croit les informations publiées par Marca, Casemiro continue de se rapprocher de Manchester United. Une signature dans la formation mancunienne pourrait permettre au Brésilien d’augmenter son salaire de façon importante : le joueur y réfléchirait. Et le Real Madrid pourrait être tenté de le céder en échange d’une indemnité XXL. La presse anglaise évoque une offre de 60 millions d’euros que le quotidien espagnol juge bien légère compte tenu de son rôle dans l’effectif de Carlo Ancelotti.

Une bataille Dortmund-Atlético Madrid pour Ronaldo ?

Manchester United a également passé la vitesse supérieure pour Antony, affirme Fichajes. Erik ten Hag ferait du joueur ajacide son favori pour améliorer le secteur offensif mancunien. Les Red Devils pourraient faire une offre visant à se rapprocher des exigences des dirigeants de l’Ajax Amsterdam : elles seraient désormais de 60 millions d’euros.

Enfin, le dossier de Cristiano Ronaldo fait maintenant parler en Espagne et en Allemagne. Fichajes précise que l’Atlético Madrid travaille depuis un certain temps sur des solutions lui permettant de proposer un salaire important à l’international portugais. Les départs d’Alvaro Morata et de Matheus Cunha pourraient aider les Colchoneros à faire une offre au Mancunien. CBS Sports pense plutôt que la dernière option de CR7 se situe en Bundesliga, avec le Borussia Dortmund. Des discussions seraient en cours au sein du BVB pour trouver un moyen de financer son arrivée.

Pour rappel, Manchester United a pour l’instant validé les recrutements de trois joueurs : Lisandro Martinez (ex-Ajax Amsterdam), Tycell Malacia (ex-Feyenoord) et Christian Eriksen (ex-Brentford). Ses dirigeants ont été accusés d’être trop lents dans leurs négociations, ces derniers jours, en Angleterre.