Les dessous du transfert avorté d’Amauri à l’OM

L’Olympique de Marseille aura abattu ses dernières cartes durant la nuit du 31 août pour tenter de recruter l’attaquant international italien Amauri Carvalho de Oliveira. Mais entre les désidératas trop élevés de son club, la Juventus de Turin, et du joueur lui-même, l’affaire a finalement capoté.

Amauri

Le couperet est tombé sous les coups de minuit sur le site officiel de l’Olympique de Marseille : André-Pierre Gignac ne quittera pas le club cet été (En savoir plus) et, par conséquent, aucun avant-centre de calibre international ne posera ses valises du côté du centre Robert-Louis Dreyfus. Comme ce fut le cas l’an passé avec Luis Fabiano, Marseille a raté sa quête de l’attaquant souhaité par Didier Deschamps. Cette fois-ci, c’est l’Italo-brésilien Amauri Carvalho de Oliveira qui a posé un lapin. Prêté la saison passée à Parme où il a inscrit sept buts en six mois, le joueur de 31 ans faisait partie du loft des indésirables de la Vieille Dame. Idéal donc pour l’OM qui cherchait un attaquant de dernière minute. Mais l’affaire a soudainement capoté, la faute à la Juve, mais aussi au joueur.

Invité de Sky Sport Italia, l’agent du joueur Giampiero Pocetta a donné son explication des faits. “Chaque joueur a le droit d’accepter ou de rejeter un transfert. Le joueur a évalué les offres proposées, mais a choisi de rester à la Juve“, a-t-il ainsi confié au média italien, ajoutant : “Le garçon va chercher à démontrer à la Juventus et à l’entraîneur qu’il est à la hauteur. Il est fier d’être à la Juve et si c’était une question d’argent alors il serait allé ailleurs.

La Juve voulait vraiment s’en débarrasser

Du côté de la direction transalpin, le directeur sportif Beppe Marotta a déploré le fait qu’Amauri refuse une belle offre de l’OM: “Amauri touche 3,8 millions d’euros net par an de salaire. Marseille lui a offert un contrat de deux saisons avec une contribution de notre part, mais il a refusé.” Aussi, la Juventus aurait également joué dans la surenchère en réclamant pas moins de 15 millions d’euros d’indemnité de transfert pour céder son “lofteur”.

La goutte de trop pour Vincent Labrune qui a tout stoppé, comme il s’en explique devant les micros de RMC : “C’est même moi qui ai mis un terme au dossier Amauri. A un moment donné, ça ne devenait plus un choix sportif… mais un enjeu économique. J’ai alors dit “stop”. Et même Didier (Deschamps, ndlr) a compris cette décision.” Désormais, Amauri se retrouve quelque peu coincé dans le Piémont, dans un groupe pléthorique où les attaquants de classe mondiale prolifèrent : Matri, Toni, Pepe, Iaquinta, Del Piero, Quagliarella ou encore Vucinic seront ainsi ses concurrents. Amauri n’est donc pas prêt de jouer avec les Bianconeri

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement