Bilan mercato Serie A (5/5) : Naples

On termine notre tour des clubs en matière de mercato par un arrêt à Naples ! Ce club italien a réussi à décrocher un ticket mérité pour la Ligue des champions et de nombreuses recrues sont arrivées cet été pour ouvrir ce chapitre européen.

Edinson Cavani

Maradona dans toutes les mémoires

Une histoire digne d’un roman. Après avoir trop longtemps été dans l’ombre des clubs du Nord de l’Italie depuis sa fondation en 1926, tout Naples s’est découvert un héros des temps modernes en la personne de Diego Armando Maradona. A la suite de son passage mitigé au FC Barcelone (1982-1984), El Pibe de Oro avait choisi de s’engager en faveur de cette écurie ambitieuse mais qui n’arrivait pas à concurrencer l’Inter Milan, la Juventus Turin ou encore le Milan AC. Après son arrivée lors de l’été 1984, l’homme qui allait être sacré champion du monde avec l’Argentine deux ans plus tard au Mexique a été accueilli tel le messie par 70.000 supporters qui avaient fait spécialement le déplacement au stade San Paolo.

Ce triomphe à la mode… romaine s’est transformé en épopée inoubliable avec ce magicien sud-américain. Jusqu’à son départ en 1991, Diego Maradona a largement contribué à étoffer le palmarès de Naples avec notamment deux titres de champion d’Italie (1987 et 1990), une Coupe UEFA (1989), une Coupe d’Italie (1987) et une Supercoupe d’Italie (1990). Depuis de l’eau a coulé sous les ponts et ce club que certains comparent au Vésuve, le volcan qui borde la ville de Naples, est retombé de son piédestal. Après après avoir alterné les saisons en Serie A et en Serie B au début du millénaire, les Azzurri ont bien cru que leur passion allait s’envoler en cendres à l’horizon 2004. En effet, la faillite financière a contraint Naples à repartir en Serie C, autrement dit en D3 italienne (!), et il a fallu l’arrivée d’Aurelio De Laurentiis pour relancer la machine.

A l’issue de la saison 2006/2007, l’écurie italienne a réussi à faire son come-back dans l’élite. A l’époque, les objectifs étaient clairement de disputer la Coupe d’Europe à plus ou moins long terme. La reconstruction a été lente et parsemée d’embûches mais après avoir flirté avec le milieu de tableau, Naples a pris son envol à l’issue de la saison 2009/2010 avec une sixième place synonyme de Ligue Europa ! En parallèle de leur parcours en championnat (3e place acquise en 2010/2011 !), les hommes de Walter Mazzarri ont réussi à se hisser jusqu’en 16es de finale de la C3 avant de chuter contre Villarreal sans démériter. Cette saison marque le retour de Naples en Ligue des champions dans une poule très relevée avec le Bayern Munich, Manchester City et… Villarreal !

Un effectif bien fourni

Pour avoir une chance de remporter le championnat et de briller en C1, les Napolitains ont bien évidemment travaillé sans relâche pendant le mercato. Ils ont fait venir de Lecce le gardien de but Antonio Rosati contre un chèque d’environ 2,9 millions d’euros. Ce portier essaiera de s’imposer même s’il aura fort à faire avec à ses côtés Morgan De Sanctis (34 ans) et Roberto Colombo (36 ans) qui en ont vu d’autres… En défense, le colosse de Bologne Miguel Britos a également posé ses valises contre une somme globale de 9 millions. Un temps pisté par Lyon, l’international uruguayen fait partie des références à son poste dans le Calcio et il devrait donc s’imposer sans problèmes à Naples. La surprise du chef se nomme Federico Fernandez. Après l’avoir repéré à Estudiantes La Plata, les Partenopei sont passés à l’offensive pendant le marché des transferts en déboursant environ 2,3 millions d’euros pour le joueur argentin qui est âgé de 22 ans.

Un coffre d’argent pour un Suisse

C’est au milieu de terrain qu’il faut se tourner pour trouver la trace d’un transfert qui a marqué les esprits en Campanie. En effet, Gökhan Inler, qui a passé quatre années à l’Udinese, a été transféré à Naples contre une indemnité de transfert d’environ 17,5 millions d’euros ! L’international suisse relève le défi de sa vie car il va devoir justifier ce montant conséquent sur le terrain. Pour faciliter son adaptation, le joueur helvète pourra s’appuyer sur son compatriote Blerim Dzemaili qui a débarqué en provenance de Parme pour 11,2 millions d’euros. Après avoir misé près de 30 millions sur ces deux éléments, le président Aurelio De Laurentiis a réussi des jolis coups en récupérant gratuitement Marco Donadel et Mario Alberto Santana qui étaient libres de tout engagement après avoir longtemps évolué à la Fiorentina.

Conserver à tout prix le matador Cavani

En attaque, les Azzurri n’ont pas hésité à débourser au total 17 millions d’euros pour conserver Edinson Cavani. Prêté par Palerme à Naples la saison passée, le goleador uruguayen a inscrit 33 buts en 47 matches toutes compétitions confondues et donc il était impensable de le laisser repartir. Le vétéran Cristiano Lucarelli (35 ans) reste également à Naples même s’il n’a fait que 11 apparitions avec un 1 but à la clef ce qui est un bilan plutôt décevant. Rappelons quand même qu’il a sérieusement blessé au genou gauche et que par conséquent sa saison a été tronquée. Signalons aussi que le buteur macédonien de l’Inter Milan Goran Pandev a intégré l’effectif de Naples sous la forme d’un prêt qui court jusqu’en juin 2012.

Des rentrées d’argent trop faibles ?

Dans la colonne des départs, on note que Fabio Quagliarella a été transféré définitivement à la Juventus via une indemnité de transfert estimée à 10,5 millions d’euros. Même chose pour le défenseur espagnol Victor Ruiz qui a été vendu à Valence avec à la clef un chèque d’environ 8 millions. A part cela, les autres départs n’ont rien rapporté ou presque. Le gardien de but vétéran Gennaro Iezzo n’a pas bénéficié d’une prolongation de contrat alors qu’il est âgé de 38 ans. Hassan Yebda est reparti au Benfica Lisbonne, avant de s’engager par la suite à Grenade (Espagne), malgré un prêt plutôt réussi de l’autre côté des Alpes. Michele Pazienza (Juventus Turin) et Manuele Blasi (Parme) ont également mis un terme à leurs parcours respectifs à Naples. De son côté, l’énigme argentine José Sosa a filé vers l’Est de l’Europe et plus précisément au Metalist Kharkov (Ukraine) où il semble retrouver des couleurs.

Le mercato estival 2011 de Naples ne restera sûrement pas dans les annales. Pourtant, le fait d’avoir réussi à conserver les deux stars de l’équipe Edinson Cavani et bien sûr Marek Hamsik permet aux Azzurri d’avoir toujours de grosses ambitions. Demain, Naples affrontera Cesena dans le cadre de la deuxième journée de Serie A. On saura rapidement si l’effectif de Walter Mazzarri est en mesure d’assumer son nouveau statut de prétendant sérieux au titre de champion… ou si ou contraire l’équipe de Campanie n’a plus assez de carburant pour continuer sur sa lancée.

Voir par ailleurs :

Bilan mercato Serie A (1/5) : Milan AC
Bilan mercato Serie A (2/5) : Inter Milan
Bilan mercato Serie A (3/5) : Juventus Turin
Bilan mercato Serie A (4/5) : AS Rome – Lazio Rome

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement