Saihi, l’éclosion d’un enfant de Montpellier

A 24 ans, Jamel Saihi a saisi dans ses mains toutes les ficelles qui permettent d’arriver un jour au très haut niveau. Le milieu de terrain qui a vu le jour à Montpellier est un maillon fort de l’équipe héraultaise qui occupe la première place du classement en Ligue 1.

Jamel Saihi

Des hauts et des bas. A l’issue de la saison 2008/2009, le Montpellier-Hérault avait réussi à valider son ticket pour l’élite du football français. A l’époque, Jamel Saihi essayait simplement de se faire une petite place au sein de l’écurie dirigée par Louis Nicollin (16 apparitions en Ligue 2). S’ensuivit une première saison prometteuse en Ligue 1 (26 rencontres disputées) pour le milieu de terrain qui pensait enchaîner lors de l’exercice 2010/2011. Mais l’international tunisien a eu toutes les peines du monde à confirmer ses bonnes dispositions. Même si l’entraîneur René Girard comptait sur lui, ses performances à l’entraînement et au cours des matches n’étaient pas suffisantes à ses yeux (14 rencontres de L1 jouées) et il s’est donc souvent passé de ses services.

Au lieu de se lamenter sur son sort, Jamel Saihi a préféré se réfugier dans le travail et il a bien fait de choisir cette option ! En effet durant la préparation estivale de cette année, le milieu de terrain a vraiment impressionné le staff héraultais. Son abattage dans l’entrejeu et sa faculté à aller au charbon intelligemment dixit le dirigeant emblématique que l’on surnomme souvent Loulou en font désormais un élément clef du dispositif du MHSC. “Quand je ne jouais pas, c’était difficile mais je me suis accroché. Je n’ai jamais crié au scandale, jamais pensé à partir, je voulais m’imposer à Montpellier. J’ai bossé sereinement et ensuite j’ai saisi ma chance. Aujourd’hui, j’ai la chance de jouer, de faire de bonnes performances. Tant mieux pour l’équipe”, a confié le Tunisien pendant une interview retranscrite par France Football.

Un futur qui se dessine à la Mosson

Ce dernier qui s’est battu comme un lion pour gagner ses galons de titulaire n’est pas prêt de lâcher prise. Tant pis pour ses concurrents ! “Il fallait peut-être que j’enchaîne les matches pour progresser et me mettre au niveau. La confiance je la redonne sur le terrain (…) Et je ne compte pas laisser ma place de sitôt”, a-t-il mis en garde. Comme tout bon footballeur qui se respecte, Jamel Saihi s’est longtemps inspiré d’un autre footballeur lorsqu’il était plus jeune. Pour lui, le choix s’est porté sur Claude Makelele. “Je le trouvais extra. Au Real ou même à Chelsea, on ne parlait pas trop de lui mais il avait un rôle essentiel dans son équipe. Franchement, moi, à chaque fois que je regardais un match de l’équipe de France ou du Real, je l’observais. Il ne marquait pas 38 buts par saison mais ce qu’il faisait était primordial pour l’équipe”, a-t-il justement rappelé.

En ce qui concerne son avenir, Jamel Saihi n’est vraiment pas pressé de quitter son club de coeur. “Je suis super attaché à ce club. De nos jours, un joueur qui fait toute sa carrière dans le même club c’est très rare. Mais je suis très bien ici, j’ai toute ma famille, tous mes amis et les résultats sont bons. Donc après, si le club a envie de grandir, s’il est ambitieux, pourquoi pas”, a-t-il laissé entendre. Toutefois, le poumon montpelliérain sait que sur la planète football, tout peut changer en quelques semaines. “Si tu joues et que tu es bon tu attires des clubs et si tu ne joues pas, t’as peut-être envie d’aller voir ailleurs pour te relancer. Mais faire toute ma carrière à Montpellier, ça ne me dérangerait pas”, a-t-il assuré. L’amour du maillot, voilà ce qui caractérise sans doute ce gamin qui a toujours rêvé de porter le maillot du Montpellier-Hérault.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement