Rétro Coupe du monde : Maradona exclu en plein tournoi (1994)

La décision d'attribuer la Coupe du monde 1994 aux États-Unis – une nation qui avait traditionnellement traité le “soccer” avec indifférence – a hérissé plus d'un poil. Même si le tournoi organisé aux États-Unis a finalement produit quelques moments remarquables, dont l'un était centré sur Diego Armando Maradona.

Diego Maradona

L'homme de 33 ans ne jouera que 173 minutes à la Coupe du monde avant d'être renvoyé chez lui en disgrâce après un contrôle antidopage positif. L'histoire de Maradona avec les substances interdites sera fortement enveloppée de rumeurs, d'intrigues et de théories du complot.

Les États-Unis à la recherche d'une star

La candidature des États-Unis à l'organisation de la Coupe du monde 1994 précède le lancement de la Major League Soccer dans le pays et intervient trente ans après l'échec de la North American Soccer League. Le “beautiful game” n'est tout simplement pas très attrayant pour les amateurs de sports du pays – ce que les officiels et les délégués savent lorsqu'on leur confie la responsabilité de la Coupe du monde 94 à l'été 1988.

De nombreuses équipes de renom avaient été sélectionnées pour la phase finale aux États-Unis, mais le tournoi semblait manquer de têtes d'affiche d'un point de vue individuel. Des rumeurs indiquaient que la FIFA avait contacté Diego Maradona – qui avait pris sa retraite du football international – pour tenter d'inciter El Pibe de Oro à quitter sa chaise longue et à revenir sur le terrain.

On pensait que le nom de Maradona était encore assez célèbre dans le monde entier pour rendre la Coupe du monde plus “vendable” au public américain. Et les mêmes rumeurs suggéraient que la FIFA était prête à ignorer les problèmes de drogue du vétéran s'il pouvait se remettre en forme à temps pour jouer avec l'Argentine.

À l'époque, un Maradona corpulent était à bout de souffle sur les terrains de son pays natal pour les Newell's Old Boys entre deux excès de cocaïne et de pizza. Mais il commença à boire une boisson énergétique appelée “Rip Fuel” pour se remettre en forme.

Ce sirop douteux sera un élément clé de la chute de Maradona quelques mois plus tard.

Les antécédents de Maradona en matière de toxicomanie

L'addiction de Maradona à la cocaïne a été largement médiatisée et sa dépendance à la poudre blanche aurait commencé dès 1983, peu après qu'il ait quitté l'Argentine pour les lointains terrains de Barcelone.

Ayant le mal du pays et souffrant de solitude, Maradona s'est tourné vers la cocaïne pour s'automédicamenter et il était complètement accro à la substance lorsqu'il a signé à Naples en 1984.

Pendant son séjour à Naples, les liens entre Maradona et la mafia de la ville, la Camorra, n'étaient jamais loin, tandis que les histoires de prostituées et de consommation de cocaïne étaient courantes.

À l'époque de la Coupe du monde 1990 en Italie, les problèmes de Maradona commençaient à devenir incontrôlables et il a été contrôlé positif à la cocaïne après un match de championnat pendant la campagne 1990/91 et a été puni d'une interdiction qui durerait 15 mois.

Naples a finalement laissé Maradona partir pour rejoindre le club espagnol de Séville sous forme de prêt. Mais sa motivation a diminué, il a pris du poids et a fini par retourner en Argentine avec les Newell's Old Boys en 1993 a – seulement 12 mois avant le début de la Coupe du monde aux États-Unis.

En effet, lors de la campagne de clubs précédant la Coupe du monde 1994, Maradona n'a joué que cinq fois pour Newell's, ce qui a rendu sa convocation et son retour en équipe nationale d'Argentine d'autant plus surprenants.

Maradona revient sur la scène internationale

L'Argentine a peiné dans son groupe de qualification sud-américain et a manqué la qualification automatique pour la Coupe du monde 1994 lorsqu'elle a été battue pour la première place de son groupe par la Colombie.

Les Argentins s'étaient inclinés 5-0 à domicile face à des Colombiens déchaînés vers la fin de leur campagne, mais ils avaient obtenu suffisamment de bons résultats pour que l'Albiceleste ait une dernière chance d'atteindre la phase finale grâce aux éliminatoires.

L'entraîneur principal Alfio Basile se sentait sous pression et la clameur du public pour envoyer un SOS à Maradona a finalement trouvé un écho lorsque le héros vieillissant a été rappelé. Bien que les négociations de Diego avec la FIFA derrière le rideau aient également été un facteur déterminant.

Maradona a joué et été capitaine de l'Argentine lors des deux matches contre l'Australie en éliminatoires, aidant sa nation à obtenir une victoire vitale, bien que peu convaincante, de 2 à 1 et, avec elle, une place dans l'avion pour les États-Unis.

Toutefois, ce retour en force a failli être de courte durée. Le match retour des éliminatoires de l'Argentine a lieu en novembre 1993, mais en février 1994, Maradona se retire à nouveau de la sélection, déplorant qu'il ait du mal à faire face à la pression et au poids des attentes du public à son égard.

En réponse, la presse du pays a rôdé autour de sa maison pendant deux jours pour interroger Maradona sur sa décision. La star troublée n'a pas offert d'explications, bien qu'il ait ouvert le feu sur les journalistes avec un fusil à air comprimé. La police est convoquée et les personnes blessées finissent par prendre des mesures contre Maradona.

Il semble alors que Maradona ne se rendra pas à la Coupe du monde. Pourtant, de nouvelles rumeurs commencaient à circuler pour suggérer que la FIFA était prête à offrir à l'attaquant l'immunité contre les procédures de dépistage de drogues aux États-Unis. Tout cela dans leur désespoir d'ajouter ce grand nom à l’affiche de la Coupe du monde 1994, bien que les reportages paraissaient incroyablement farfelus.

Quelles que soient ses véritables motivations, Maradona a accepté de jouer et il a été nommé dans la liste des 22 joueurs de l'Argentine pour la Coupe du monde 94.

Coupe du monde 1994 : Maradona occupe le devant de la scène

L'équipe d'Argentine comprend Gabriel Batistuta, Claudio Caniggia, Fernando Redondo et Abel Balbo, mais Diego Maradona est naturellement l'attraction principale. Son rebond digne de Lazare et son physique incroyablement mince ont fait parler d'eux à Foxborough, au Massachusetts, avant le match d'ouverture du groupe D de l'Albiceleste contre la Grèce.

Une fois de plus, Maradona s'est vu remettre le brassard de capitaine ; il a joué un rôle clé dans une victoire d'ouverture emphatique pour les Argentins. Déjà en tête par deux fois et en contrôle du tempo du match, l'Argentine a attaqué en nombre juste avant l'heure de jeu. Maradona a récupéré une passe à l'entrée de la surface grecque et s'est repositionné avant de placer le ballon dans la lucarne du gardien Antonis Minou.

Maradona courra sur sa gauche, les yeux écarquillés, hurlant et fixant comme un homme possédé directement dans une caméra en attente, créant l'une des célébrations les plus emblématiques du football. Le regard dérangé sur son visage sera plus tard utilisé par ses détracteurs comme preuve pour illustrer à quel point Maradona était hors de lui lors du tournoi.

L'Argentine a fini par ajouter un quatrième but par l'intermédiaire de Gabriel Batistuta, auteur d’un triplé. Mais Maradona était l'auteur des gros titres et il a mené sa nation au combat lors de la deuxième journée contre le Nigeria au Foxboro Stadium.

Les redoutables Africains prenaient l'avantage dès le début par l'intermédiaire de Samson Siasia, mais Maradona fut décisif avec un coup franc bien travaillé qui permettait à Claudio Caniggia d'égaliser peu de temps après. Caniggia a marqué à nouveau sept minutes plus tard, juste avant la demi-heure de jeu, et le score est resté à 2-1 pour le reste du match.

Avec deux victoires en deux matchs, l'Argentine se qualifia pour le prochain tour et, comme ses coéquipiers, Diego Maradona était sur un nuage, bien qu'il était sur le point de subir la plus étrange des déconvenues.

Maradona testé et exclu

Alors qu'il était encore dans les affres euphoriques de la victoire sur le terrain, Maradona a été approché par une infirmière médicale, pris par la main et escorté vers une zone de dépistage de drogues dans un spectacle étrange. En général, les tests de dépistage des stars du sport sont effectués avec beaucoup de douceur. Et bien que Maradona ait souri et salué la foule pendant qu'on l'emmenait, derrière son sourire, il devait y avoir une vague de panique.

Puis vint un mur de silence, cependant, dans les coulisses, tout se tramait. Maradona a été testé positif à l'éphédrine, une substance interdite, mais la confirmation a été demandée à partir d'un second échantillon avant que la nouvelle ne soit rendue publique.

L'Argentine se préparait du mieux qu'elle pouvait pendant son attente, en retrouvant même Maradona dans le onze de départ pour son dernier match de groupe contre la Bulgarie le 30 juin. Participant à sa quatrième Coupe du monde, Maradona devait établir un record en jouant 22 matches dans le tournoi.

Néanmoins, la veille, le 29 juin, l'annonce était tombée. Sepp Blatter a partagé la nouvelle en déclarant : “Les deux analyses de l'échantillon d'urine se sont révélées positives. Le joueur Diego Maradona de l'équipe nationale argentine a donc violé les conditions du règlement sur le contrôle du dopage, lors du match Argentine-Nigeria.

Jim Trecker, un porte-parole de la Coupe du Monde '94 a tenu à balayer l'affaire du revers de la main, affirmant que la controverse n'entamerait pas la positivité que le tournoi avait créée aux Etats-Unis. “C'est certainement dommage quand quelque chose en dehors du terrain devient plus important que sur le terrain“, a-t-il déclaré, ajoutant que “cela ne jettera pas le tournoi sous un jour négatif.

Poussé à commenter le test positif peu après, Maradona a déclaré à une chaîne de télévision de Buenos Aires : “C'est ma faute. C'est moi qui l'ai fait. C'est moi“.

Le jeu des reproches

Le chaos s'était installé après le contrôle positif de Maradona et tout le monde a commencé à se renvoyer la balle. À commencer par le président de la Fédération argentine de football, Julio Grondona, qui a déclaré que le médicament (éphédrine) se trouvait dans un spray nasal prescrit à Maradona par son médecin personnel et non par le médecin officiel de l'équipe.

Plus tard, la boisson énergétique Rip Fuel sera présentée comme le coupable caché dans la propre autobiographie de Maradona. Maradona avait consommé ce liquide en Argentine où la version de la boisson ne contenait pas d'éphédrine. Cependant, lorsque son stock a été épuisé en Amérique, il a acheté la marque américaine à la place, qui, malheureusement pour Maradona, était pleine d'éphédrine.

Quel que soit le coupable, le sort de Maradona était scellé et il a été dûment banni du tournoi et rapidement expulsé vers l'Argentine.

Ébranlée par les événements, l'Argentine a perdu son dernier match de groupe contre la Bulgarie (2-0) et rejoint Maradona à la maison peu de temps après avoir été battue par une redoutable équipe roumaine en huitième de finale.

L'échec du contrôle antidopage de Maradona a marqué la fin d'une carrière internationale de 17 ans. Et la sélection qu'il a obtenue contre le Nigeria était la dernière des 91 qu'il a gagnées pour l'Argentine au cours de trois décennies, de la fin des années 70 au milieu des années 90.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement