Le président de la Croatie tacle l’Argentine et ses “penalties imaginaires”

Le président de la Croatie, Zoran Milanovic, a poussé un énorme coup de gueule devant les journalistes après l'élimination de la sélection de Zlatko Dalic contre l'Argentine (0-3), en demi-finales de la Coupe du monde 2022. Le dirigeant a chargé l'arbitrage sur le penalty accordé en première période à l'Albiceleste.

Julian Alvarez Dominik Livakovic Argentine Croatie Coupe du monde 2022

La Croatie ne digère pas. Battus mardi par l'Argentine aux portes de la finale de la Coupe du monde 2022 (0-3), les joueurs de Zlatko Dalic gardent en travers de la gorge le penalty accordé en première période par l'arbitre, à 0-0, à la suite d'un contact entre Julian Alvarez et Dominik Livakovic, une sentence transformée par Lionel Messi. Après la rencontre, le milieu de terrain du Real Madrid Luka Modric n'a pas caché sa stupeur. “Le penalty a été un moment clé. On était bien, on contrôlait le match. L'arbitre ne nous a pas donné un corner et ça a abouti au penalty. D'après moi, il n'y a pas penalty. Il tire et notre gardien sort devant lui et je n'arrive pas à croire que l'arbitre a accordé ce penalty.”

“Deux, trois penalties totalement imaginaires”

La polémique sur cette action de jeu est remontée jusqu'aux plus hautes sphères de l'état. Interrogé par des journalistes, au travers de déclarations retranscrites par BeIN Sports, le président de la Croatie Zoran Milanovic a adressé un violent tacle au corps arbitral et au camp argentin. Pour la finale qui opposera dimanche les Argentins à la France, le dirigeant a clairement fait son choix.

“Tout d'abord, je félicite notre sélection, elle a atteint les demi-finales à nouveau, elle jouera pour la troisième place, c'est quelque chose d'énorme. Je suis désolé parce que le Brésil est meilleur que l'Argentine et la Croatie a battu le Brésil de manière juste, intelligente, et c'était la meilleure équipe du tournoi. Mais l'Argentine a marqué le premier but sur un penalty imaginaire. C'est un autre problème, mais personne ne va encourager l'Argentine. Ils ont obtenu deux, trois penalties totalement imaginaires. Si le gardien de but n'est pas autorisé à sortir, alors ce n'est même pas la peine de jouer et ce n'était pas vraiment une décision intelligente.”

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement